La clinique entame une nouvelle période pour sa survie

Mardi, le tribunal mixte du commerce a délibéré et a décidé de clôturer la procédure de sauvegarde qui concernait, depuis dix-huit mois maintenant, la clinique Kuindo-Magnin. Les difficultés restent d’actualité pour l’établissement de soins, qui doit dorénavant mettre en place son « nouveau modèle ».

Une étape de plus pour la clinique Kuindo-Magnin. Si l’établissement privé demeure dans une situation économique critique, il n’est plus en procédure de sauvegarde. Mardi, le tribunal mixte de commerce a ainsi annoncé clôturer ce dossier, qui avait été ouvert le 7 novembre 2022, à la demande de la clinique. Soit dix-huit mois de procédure. « Durant la période d’observation, avec nos partenaires et surtout avec les équipes de la clinique, nous avons travaillé à l’élaboration d’un nouveau modèle, celui d’une clinique partenaire. Je tiens à saluer les équipes pour ce travail qui reste, encore à ce jour, notre feuille de route », a ainsi commenté Serge Magot, directeur général de la clinique, dans un communiqué.

« Plutôt une bonne nouvelle »

Cette clôture de la procédure permet, dès lors, à la clinique de « retrouver davantage de libertés, de n’être sous la coupe de personne et de faire ce qu’elle veut », glisse une source proche du dossier. Et c’est « plutôt une bonne nouvelle ». « C’est à nous de prendre le relais pour aller chercher ce qui manque et, ainsi, pouvoir continuer à soigner les Calédoniens », abonde de son côté le directeur général, alors que la clinique a « besoin de temps et de ressources ».

Combien de temps ? Difficile de le savoir réellement alors que fin juin, lors d’une conférence de presse au sein de l’établissement situé à Nouville, une visibilité de seulement « quelques semaines » était évoquée après avoir annoncé une possible fermeture début juillet. « Pour l’instant, il se trouve que la Cafat a vraiment joué le jeu. On a eu un peu d’air, pour régler nos fournisseurs, pour régler les salaires… Ces derniers seront assurés ce mois-ci, le mois prochain, et sûrement le mois d’après. Mais cela reste un équilibre très fragile », expliquait alors Serge Magot.

Vers une revalorisation tarifaire ?

Pour voir encore plus loin, la clinique Kuindo-Magnin doit donc mettre en place son nouveau plan. Cela consiste d’abord à « négocier du temps avec nos créanciers, ce travail est déjà engagé ». Ensuite, il va falloir « travailler pour convaincre les autorités de la nécessité d’adopter rapidement les revalorisations tarifaires indispensables à l’équilibre de certaines de nos activités ». « Notre vocation est de soigner les Calédoniens ; nous avons un service d’oncologie d’excellence, un service de Soins de suite et de réadaptation (SSR) avec un potentiel extraordinaire, un plateau technique moderne et de qualité, et sans compter la maternité qui permet de pouvoir encore naître à Nouméa. Pour tout cela, il faut la clinique », poursuit le directeur.

Le personnel retrouve donc un peu d’air et un peu d’espoir, malgré les difficultés conséquentes. « Nous voulons continuer à offrir la même qualité de soins et porter notre projet de clinique partenaire. Il est encore temps, ne lâchons rien », conclut Serge Magot.

Claire Gaveau

Fil d'actualité

Le mausolée d’Ataï vandalisé, les réactions se multiplient

Dimanche soir, le mémorial du grand chef Ataï et...

Les bars, gagnants de la crise ?

Alors que la vente d’alcool est toujours interdite aux...

Le Betico navigue en eaux troubles

La société SudÎles, qui gère le Betico, a été...

Le meurtrier présumé de Tindu incarcéré et transféré en Métropole

Le 15 mai dernier, alors que la Calédonie vivait...

Des propositions pour sauver ce qui peut l’être

Les syndicats de salariés et d’employés, comme les fédérations...

Nos réseaux

13,522FansJ'aime
390SuiveursSuivre
647SuiveursSuivre

Newsletter

Inscrivez vous pour recevoir chaque semaine notre newsletter dans votre boîte de réception.

Le mausolée d’Ataï vandalisé, les réactions se multiplient

Dimanche soir, le mémorial du grand chef Ataï et de son sorcier a été visé et dégradé. Un acte très largement condamné. Alors que l’enquête...

Les bars, gagnants de la crise ?

Alors que la vente d’alcool est toujours interdite aux particuliers, les bars de Nouméa profitent, hors couvre-feu, d’une hausse de leur fréquentation. Besoin de...

Le Betico navigue en eaux troubles

La société SudÎles, qui gère le Betico, a été contrainte de placer ses employés en chômage partiel depuis le 15 juillet, faute de trésorerie. Le...