Ils sont dix-huit dans la course à l’Assemblée

Dix-huit candidats se présentent à ces élections législatives anticipées pour cause de dissolution, c’est deux de plus qu’il y a deux ans. Élections qui se déroulent dans un contexte un peu particulier, ce qui en change la donne.

Dans quelles conditions vont se dérouler les opérations de vote des 30 juin et 7 juillet ? On peut penser que le dispositif mis en place par les municipalités les plus impactées par les violences sera reconduit, mais pourra-t-on circuler partout et se rendre dans les bureaux en sécurité ? La question se pose. Plus que jamais et inévitablement, dans le contexte créé par la CCAT pour qui maintenant est engagée une lutte pour l’indépendance, ces élections relancent le débat binaire entre indépendance et maintien dans la France.

Sur les pages Facebook indépendantistes, on note les nombreux post de militants CCAT déplorant qu’aucun candidat issu de leurs rangs n’ait été présenté, et c’est peut-être ce que la CCAT voulait exiger du congrès du FLNKS. Des indépendantistes qui partent en ordre dispersé, puisque le Palika ne présente personne et peut-être même ne donnera-t-il aucune consigne. C’est donc l’UC qui y va avec Omayra Naisseline dans la première et Emmanuel Tjibaou dans la seconde, même si ce dernier semble se présenter sans étiquette. A cela s’ajoute les « petits candidats », comme ceux du MNIS, de Juanita Angexetine et de Germaine Bishop.

La troisième voie

Chez les non-indépendantistes, Nicolas Metzdorf et Alcide Ponga sont les candidats d’une union, mais il n’y a pas de front commun puisque dans la première circonscription, Simon Loueckhote fait cavalier seul avec le Rassemblement national qu’il a rejoint après avoir soutenu Éric Zemmour en 2022. Et il y a les candidats de la troisième voie, représentée par l’Éveil Océanien qui se revendique comme tel, et par Calédonie Ensemble qui prône le dialogue et le consensus à tout prix. A noter enfin, une myriade de « petits candidats », sept dans la première circonscription et deux dans la seconde, dont l’objectif sera de dépasser les 5%.


À noter

Ils ne sont plus que six candidats aux législatives dans la seconde circonscription. La candidature de Joannès Itiaty et de son suppléant René-Yann Rolly a en effet été retirée.



Nicolas Vignoles

Fil d'actualité

Un nouveau commandant pour la BA 186

Cérémonie hier matin sur la base aérienne de la...

Bakou, capitale de l’outrance et de la polémique

Le énième voyage à Bakou d’élus indépendantistes ne sera...

Le drapeau du FLNKS ne peut être regardé comme un signe identitaire

Le Tribunal administratif a donné raison au parti politique...

Stupeur, colère et indignation

Après Saint-Louis, c’est l’église de l’île des Pins qui...

Émeutes de la CCAT : une demande de dépaysement total

Une assemblée générale des magistrats du siège du tribunal...

Nos réseaux

13,462FansJ'aime
390SuiveursSuivre
647SuiveursSuivre

Newsletter

Inscrivez vous pour recevoir chaque semaine notre newsletter dans votre boîte de réception.

Un nouveau commandant pour la BA 186

Cérémonie hier matin sur la base aérienne de la Tontouta. En présence du Haut-commissaire Louis Le Franc et du général Yann Latil, commandant supérieur...

Bakou, capitale de l’outrance et de la polémique

Le énième voyage à Bakou d’élus indépendantistes ne sera pas passé inaperçu. Non pas pour leur présence, mais pour les propos qu’ils ont tenus,...

Le drapeau du FLNKS ne peut être regardé comme un signe identitaire

Le Tribunal administratif a donné raison au parti politique Générations, qui contestait la présence du drapeau du FLNKS, aux côtés du drapeau Français, sur...