“Le week-end a duré quinze jours”… Des personnes de retour à Nouméa grâce à la Marine nationale

Grâce à la Marine nationale, certaines personnes bloquées depuis le début des émeutes sur la Grande Terre ou sur les îles Loyauté, ont pu rentrer à Nouméa. La fin d’une longue attente.

Dimanche, le patrouilleur Auguste Bénébig a regagné la base Chaleix, à Nouméa. A son bord, des marins de la Marine nationale pour diriger les opérations évidemment, mais surtout de nombreux civils. Trente-trois au total. Parmi lesquels des touristes français, des touristes étrangers mais aussi des Calédoniens, bloqués dans différents coins du territoire depuis le début des émeutes, qui attendaient avec une certaine impatience de retrouver le sol nouméen. Ils étaient auparavant à Poé, à Bourail ou encore à Port Ouenghi. Après deux semaines d’attente, ils ont enfin pu retrouver leur domicile voire monter dans un avion militaire pour rentrer chez eux, en Australie ou en Nouvelle-Zélande notamment.

Un balai similaire a eu lieu ce lundi après-midi dans la base navale. Si le patrouilleur était bien à quai, c’est le bâtiment de soutien et d’assistance outre-mer, le d’Entrecasteaux qui est apparu dans la rade nouméenne. L’imposant navire revenait d’un passage sur les îles Loyauté afin d’apporter du fret. L’occasion dès lors de rapatrier certaines personnes éloignées depuis plus de deux semaines de la Grande Terre. Elles sont trente-sept à avoir profiter du voyage. Des militaires et leurs familles, des touristes métropolitains, différents concitoyens habitants en Nouvelle-Calédonie, un touriste suédois qui réside en Australie mais aussi un jeune garçon d’Ouvéa, âgé de 7 ans, qui a profité du voyage pour recevoir des soins au Médipôle.

Vers 16 heures, téléphone à la main pour certains, ils ont observé l’amarrage du bateau militaire, avant de descendre et de refouler le sol nouméen. Valise à la main ou sac sur le dos, palmes et tuba parfois apparents, ils affichaient un large sourire. La fin d’une longue attente et un véritable soulagement. “On avait fait le voyage à Lifou pour un mariage”, glisse l’une des passagères. “On était venu pour voir un coup la famille qui habite à Lifou”, abonde une autre.

“Profiter et se vider la tête”

Lisa, elle, était à Ouvéa. “On était parti pour un week-end, mais le week-end a duré quinze jours, sourit-elle. Mais, ça y est, on est là.” Des vacances prolongées dans un cadre de rêve donc. Pourtant, difficile de souffler. “On s’angoissait surtout pour les gens qui sont restés là, à Nouméa”, glisse-t-elle. Car, sur l’île Loyauté, l’ambiance demeurait presque habituelle. “On ne s’est pas senti du tout en danger, les gens sont prévenants, ils disent bonjour comme d’habitude finalement”, abonde son compagnon. Une vision partagée par Michel, également présent à Ouvéa ces derniers jours. “On faisait des promenades, on a rencontré des tas de personnes, beaucoup de pêcheurs qui nous ont expliqué des techniques. C’est vraiment totalement différent”, dit-il, alors qu’il a essayé “d’en profiter et de se vider la tête”.

Reste à découvrir le triste tableau nouméen qui va dorénavant s’étendre sous leur yeux. Si Michel, d’un naturel très optimiste, estime que “c’est quasiment fini”, Lisa et son compagnon, qui résident à la Vallée-du-Tir, redoutent davantage ce retour à la réalité. “On a une amie qui était dans notre maison. On avait des informations au jour le jour, ce n’était pas toujours rassurant (…) Cela ne va pas être drôle de voir son quartier saccagé comme cela… Il y a vraiment beaucoup de tristesse”, souffle-t-elle avant de quitter la base navale. Les dernières secondes de répit.

Fil d'actualité

Une journée de la CCAT

Alors que la garde à vue des onze responsables...

Deux ans de prison ferme pour avoir « canardé » les gendarmes à Dumbéa

S’il a reconnu avoir jeté des cailloux depuis un...

Le Mont-Dore Sud toujours dans la difficulté

Depuis plus d’un mois maintenant, le Mont-Dore Sud vit...

La clinique Kuindo-Magnin appelle (encore) à l’aide

Pas de fermeture fin juin comme annoncé dans les...

Dans le Nord, la fuite des soignants inquiète

Bien que situé loin des exactions commises dans le...

Nos réseaux

12,610FansJ'aime
345SuiveursSuivre
600SuiveursSuivre

Newsletter

Inscrivez vous pour recevoir chaque semaine notre newsletter dans votre boîte de réception.

Une journée de la CCAT

Alors que la garde à vue des onze responsables de la CCAT se poursuit, sur le terrain les militants ont mené quelques actions. Lors...

Deux ans de prison ferme pour avoir « canardé » les gendarmes à Dumbéa

S’il a reconnu avoir jeté des cailloux depuis un barrage, ce père de famille a nié avoir blessé un gendarme devant le tribunal correctionnel...

Le Mont-Dore Sud toujours dans la difficulté

Depuis plus d’un mois maintenant, le Mont-Dore Sud vit une situation extrêmement difficile. Outre les agressions et les car-jackings, les habitants du Mont-Dore Sud...