Emmanuel Macron propose une rencontre à Paris pour apaiser les tensions

Alors que l’Assemblée nationale se prépare à examiner un projet de loi constitutionnelle concernant l’ouverture du corps électoral en Nouvelle-Calédonie, le président de la République, Emmanuel Macron, a annoncé une initiative visant à réunir prochainement à Paris toutes les parties prenantes afin de discuter de l’avenir institutionnel de l’archipel.

Cette proposition, émanant de l’entourage présidentiel, intervient dans un contexte de tensions exacerbées autour du projet de réforme constitutionnelle, contesté notamment par les indépendantistes calédoniens. En effet, cette réforme, déjà adoptée par le Sénat, suscite des débats houleux à l’approche de son examen à l’Assemblée nationale.

En affirmant sa volonté de favoriser le dialogue, Emmanuel Macron souhaite ainsi offrir une plateforme de discussion et de concertation aux représentants de toutes les parties impliquées dans le débat sur l’avenir institutionnel de la Nouvelle-Calédonie. Cette démarche s’inscrit dans la lignée de l’appel à la construction d’un « chemin d’avenir » lancé par le président lors de sa visite à Nouméa en juillet dernier.

Dialogue constructif ?

Le projet de loi constitutionnelle en question vise à ouvrir le corps électoral aux résidents installés depuis au moins dix ans en Nouvelle-Calédonie, mettant ainsi fin au « gel » de ce dernier. Si cette réforme est adoptée, elle modifiera considérablement le paysage politique de l’archipel, suscitant des inquiétudes chez les indépendantistes quant à un possible affaiblissement de la voix du peuple autochtone kanak.

La rencontre proposée par Emmanuel Macron à Paris pourrait ainsi constituer un premier pas vers un apaisement des tensions et un dialogue constructif entre les différentes parties prenantes, dans l’intérêt de l’avenir de la Nouvelle-Calédonie.

Congrès de Versailles

Face à l’examen de la réforme constitutionnelle à l’Assemblée, le président Emmanuel Macron a pris une initiative remarquable en proposant de réunir à Paris l’ensemble des acteurs concernés par l’avenir institutionnel de la Nouvelle-Calédonie. Cette proposition intervient alors que la perspective du Congrès à Versailles (qui était envisagé début juillet), prévu pour entériner la réforme (avec la présence conjointe des sénateurs et des députés), risque d’être reportée.

Emmanuel Macron a ainsi souligné son engagement en faveur du dialogue et de la concertation dans le processus de décision. Cette rencontre pourrait offrir une opportunité précieuse pour discuter des enjeux liés à la réforme constitutionnelle et pour trouver des solutions consensuelles. Bien que la date du Congrès soit susceptible d’être décalée, le président a affirmé sa volonté de maintenir le cap sur cette réforme, qui vise à répondre aux défis démocratiques et sociaux de la Nouvelle-Calédonie.

Cette initiative témoigne de l’importance accordée par le gouvernement à la participation de tous les acteurs concernés dans la construction d’un avenir institutionnel juste et équilibré pour la Nouvelle-Calédonie.


« Cette déclaration du président interroge »

Philippe Blaise, premier vice-président de la province Sud, a réagi hier à la proposition du président de la République, Emmanuel Macron, d’organiser une rencontre à Paris pour relancer le dialogue sur une réforme du corps électoral en Nouvelle-Calédonie.

« Cette déclaration du président interroge dans l’absolu les Loyalistes, qui ont toujours prôné le dialogue depuis le troisième et dernier référendum de 2021 », a déclaré Philippe Blaise. Il a rappelé que lors des sept visites du ministre de l’Intérieur et des Outre-mer, Gérald Darmanin, les indépendantistes ont toujours refusé le dialogue, ce qu’il a souligné lors des débats de la séance publique tenue ce lundi. Cependant, Philippe Blaise estime que cette nouvelle proposition ne doit pas détourner l’attention de l’objet principal, à savoir le dégel du corps électoral. « D’un point de vue personnel, il est urgent que l’ensemble des tendances loyalistes se réunissent et aillent avec Paris avec une position commune, dans le but de discuter avec le plus grand nombre. Il est urgent de tourner la page des sénatoriales », a-t-il conclu.



Margaux Lorenzini

Fil d'actualité

À Normandie, une semaine en enfer

Ce lundi matin, dès 6 h 20, un «...

Alimentation, impôts, Médipôle… Ce qu’il faut retenir du point presse du gouvernement

Une conférence de presse était de nouveau organisée au...

Des groupes se revendiquant de la CCAT annoncent la poursuite des émeutes

Une nouvelle organisation serait-elle en train de se mettre...

EN IMAGES – Ce lundi à Nouméa, à Dumbéa et au Mont-Dore

Dans Nouméa et dans les communes alentours, les paysages...

Nos réseaux

7,101FansJ'aime
178SuiveursSuivre
214SuiveursSuivre

Newsletter

Inscrivez vous pour recevoir chaque semaine notre newsletter dans votre boîte de réception.

À Normandie, une semaine en enfer

Ce lundi matin, dès 6 h 20, un « raid » a eu lieu dans une rue étroite du quartier de Normandie, à Nouméa....

Alimentation, impôts, Médipôle… Ce qu’il faut retenir du point presse du gouvernement

Une conférence de presse était de nouveau organisée au gouvernement, ce lundi 20 mai. Isabelle Champmoreau, Yannick Slamet, Christopher Gygès et Jeremie Katidjo-Monnier ont...

Des groupes se revendiquant de la CCAT annoncent la poursuite des émeutes

Une nouvelle organisation serait-elle en train de se mettre en place ? Hier un communiqué a été publié (avant d'être supprimé), signé « des » CCAT...