« L’État est particulièrement attentif » au fait de ne pas cofinancer « des projets démesurés »

Carine Farault, secrétaire générale adjointe du Haut-commissaire, en dit plus sur la nouvelle génération (2024-2027) des contrats de développement : 39 milliards de francs seront investis par l’État, dont 6,3 milliards pour les projets portés par le gouvernement de la Nouvelle-Calédonie.

L’ambition

« Les contrats de développement existent depuis la signature des accords de Matignon-Oudinot, et ont été poursuivis par l’accord de Nouméa. Ils ont pour objectif un accompagnement financier de l’État, pour cofinancer des investissements structurants et utiles pour le développement social et culturel du territoire, avec une dimension de rééquilibrage », cela « pour le confort des Calédoniens ». Il y a « un certain nombre de secteurs prioritaires : le transport, la santé, l’habitat, l’enseignement. Et puis, on retrouve des secteurs de moindre ampleur en termes de cofinancement mais qui sont importants : l’accompagnement culturel notamment. »

Les nouveautés

« Pour la période 2024-2027, l’État a fait le choix, après discussions avec les collectivités, de simplifier la gouvernance des contrats. Désormais, il y aura quatre contrats : un contrat passé entre l’État et le gouvernement de la Nouvelle-Calédonie, et un contrat avec chacune des provinces, au lieu des dix contrats précédents lors de la dernière génération, 2017-2023. Ensuite, pour l’accompagnement des communes, désormais ça se fera par le biais d’un appel à projets annuel qui permettra aux communes de présenter des projets, que l’État cofinancera pour l’année à venir, et éventuellement, si besoin, d’une durée pluriannuelle pour des investissements plus conséquents. »

Ce contenu est réservé aux abonnés.

Connectez vous pour y accéder !

Fil d'actualité

Un nouveau commandant pour la BA 186

Cérémonie hier matin sur la base aérienne de la...

Bakou, capitale de l’outrance et de la polémique

Le énième voyage à Bakou d’élus indépendantistes ne sera...

Le drapeau du FLNKS ne peut être regardé comme un signe identitaire

Le Tribunal administratif a donné raison au parti politique...

Stupeur, colère et indignation

Après Saint-Louis, c’est l’église de l’île des Pins qui...

Émeutes de la CCAT : une demande de dépaysement total

Une assemblée générale des magistrats du siège du tribunal...

Nos réseaux

13,463FansJ'aime
392SuiveursSuivre
647SuiveursSuivre

Newsletter

Inscrivez vous pour recevoir chaque semaine notre newsletter dans votre boîte de réception.

Un nouveau commandant pour la BA 186

Cérémonie hier matin sur la base aérienne de la Tontouta. En présence du Haut-commissaire Louis Le Franc et du général Yann Latil, commandant supérieur...

Bakou, capitale de l’outrance et de la polémique

Le énième voyage à Bakou d’élus indépendantistes ne sera pas passé inaperçu. Non pas pour leur présence, mais pour les propos qu’ils ont tenus,...

Le drapeau du FLNKS ne peut être regardé comme un signe identitaire

Le Tribunal administratif a donné raison au parti politique Générations, qui contestait la présence du drapeau du FLNKS, aux côtés du drapeau Français, sur...