Deux jours pour concevoir le futur Conservatoire botanique calédonien

Imaginé il y a une quinzaine d’années, le futur Conservatoire botanique de Nouvelle-Calédonie est au cœur d’un séminaire organisé aujourd’hui et demain, à l’Université de Nouvelle-Calédonie. Différents professionnels y participeront afin de définir les rôles et missions de cet « outil pays ».

En 2007 déjà, la mise en place d’un Conservatoire botanique – comme il y en avait en métropole ou dans les autres régions d’Outre-mer – avait été évoquée, pour la Nouvelle-Calédonie. Faute de financements et de coordination entre les différents acteurs soutenant le projet, les quelques actions mises en place n’avaient pas permis de mettre sur pied la structure. Quelques années après, voici que le projet se concrétise. Experts, représentants de sociétés minières, d’ONG, d’instituts de recherche, de collectivités locales et autres professionnels du domaine ont rendez-vous ce mardi, au sein de l’amphithéâtre Guy Agniel, pour la première journée d’un séminaire de préfiguration du futur Conservatoire botanique calédonien.

« Des enjeux énormes »

Fruit d’un accord signé en 2018 entre l’État, les trois provinces, l’office français de la biodiversité, l’Institut Agronomique Calédonien (IAC) et l’association Endémia, le futur Conservatoire visera à « lancer des plans de conservation d’espèces en danger critique d’extinction, explique Nicolas Rinck, chargé de mission pour la préfiguration du Conservatoire. En Calédonie, nous avons 200 espèces en danger critique d’extinction, alors qu’ailleurs, ils en ont trois ou quatre. Nous sommes face à des enjeux énormes ». En parallèle, le Conservatoire permettra d’accompagner et d’assister dans leurs travaux de sensibilisation ou de recherches les autres partenaires que sont les pépinières ou les sociétés minières. Débutant à 8 heures, le séminaire laissera place à différents ateliers par groupe. L’occasion, pour les 90 spécialistes présents, de travailler sur les missions et rôles auxquels ce Conservatoire devra répondre. Le tout, en se basant sur cinq grandes thématiques : l’amélioration des connaissances, la conservation, l’expertise, la gestion des données et la sensibilisation. « Ils devront, dans chaque atelier, partager les missions qui leur semblent prioritaires selon eux. Car le but, c’est aussi de répondre à leurs attentes », indique Nicolas Rinck. Basé pour le moment au sein de l’IAC, ce Conservatoire botanique « montera en puissance » dès 2024 avec, à terme, « une réelle équipe dédiée à cet outil pays ».

Fil d'actualité

Un lycée agricole à La Foa

Ce jeudi 22 février aura été le jour des...

Le foyer wallisien débute sa « seconde vie »

Le foyer wallisien et futunien de Nouvelle-Calédonie, important lieu...

Le numérique peut mieux faire

L’écosystème calédonien de la Tech et du numérique faisait...

Le Mk2 Dumbéa devient Origin Cinéma

Deux ans après son ouverture, le cinéma Mk2 de...

Le SIVM transporte les élèves de son secteur vers les lycées et collèges

Depuis l’année dernière, le Syndicat intercommunal à vocations multiples...

Nos réseaux

6,904FansJ'aime
177SuiveursSuivre
122SuiveursSuivre

Newsletter

Inscrivez vous pour recevoir chaque semaine notre newsletter dans votre boîte de réception.

Un lycée agricole à La Foa

Ce jeudi 22 février aura été le jour des annonces. Éric Dupond-Morreti, ministre de la justice, a confirmé la construction d’une nouvelle prison, son...

Le foyer wallisien débute sa « seconde vie »

Le foyer wallisien et futunien de Nouvelle-Calédonie, important lieu de rassemblement situé à Nouméa, a officiellement rouvert ses portes hier matin après plusieurs mois...

Le numérique peut mieux faire

L’écosystème calédonien de la Tech et du numérique faisait sa rentrée hier à la Station N. À cette occasion, plus de 80 personnes ont...