« Une lutte sans merci s’est engagée » contre tous les types de drogue

Commencée mardi, la conférence régionale de lutte contre le trafic de stupéfiants, organisée au siège de la Communauté du Pacifique Sud (CPS), à l’Anse-Vata, dans le cadre d’un dispositif appelé Blue Coat, s’est poursuivie hier et se termine aujourd’hui.

Théophile de Lassus, directeur de cabinet du haut-commissaire de la République, a rappelé mardi après-midi que ce sujet, les stupéfiants, « est l’une des priorités de l’Etat », en collaboration « avec la Nouvelle-Calédonie ». Et « si on veut lutter efficacement contre la drogue », cela doit être de manière collective, estime-t-il, évoquant là « un travail vraiment crucial ». Théophile de Lassus « ne parle pas du cannabis, qui pousse sur le territoire » dans des proportions conséquentes, il pense plutôt aux « autres drogues, qu’on ne veut pas voir arriver en Nouvelle-Calédonie ».

« Echange de renseignements »

Bruno Dalles, procureur général, a ensuite pris la parole. A travers un rendez-vous de cette envergure, « nos attentes c’est une mobilisation de nos amis voisins pour un échange de renseignements ». Et pour appuyer le propos de l’interlocuteur précédent, il a fait référence à « une drogue qui fait peur à tout le monde », parce qu’elle « touche 10 000 personnes en Polynésie » : c’est l’ice, aussi appelée méthamphétamine et venue d’Amérique centrale. Le magistrat a donné un autre nom : le fentanyl, qui sème la mort aux Etats-Unis. Puisque l’Australie, la Nouvelle-Zélande et les Fidji sont notamment touchées, et que « nous avons des liens avec eux », il y a des raisons d’être particulièrement méfiant. En conclusion, il a souligné que « la Nouvelle-Calédonie c’est un marché de consommation », mais pourquoi pas également d’exportation, en premier lieu de cannabis. En effet, jusque-là « on n’a pas trouvé » d’affaire de ce type, « mais peut-être qu’on n’a pas trouvé parce qu’on n’a pas cherché », relève-t-il.

Excellente coopération

Benoit Godart, directeur des douanes de Nouvelle-Calédonie (et de Wallis-et-Futuna), s’est félicité de l’organisation de cette conférence régionale (avec vingt-six pays, trois organisations, des représentants du secteur privé, des membres du corps médical…), troisième du nom. Au programme des trois jours : des échanges autour de « l’analyse de risques », de « la détection », des « mouvements financiers » ou encore « des attentes judiciaires ». Le responsable des douanes dit « être vigilant » sur l’importation de stupéfiants (par bateau ou par avion), prenant l’exemple d’une affaire récente où un homme a reconnu avoir fait entrer (par les airs) sur le territoire 2,5 kilos de cocaïne, « ce qui est énorme » pour une population de moins de 300 000 habitants. Heureusement, sur le Caillou « on a des forces qui se complètent très bien », cela grâce à « une excellente coopération des douanes avec la police judiciaire et la gendarmerie ». Jean-Marie Cavier, directeur territorial de la police nationale, a lui aussi exprimé sa satisfaction : « un engagement et des résultats, c’est tout ce que je voulais », a-t-il glissé, après avoir expliqué qu’au sein de ses services le nombre d’enquêteurs s’occupant des stupéfiants a récemment augmenté. Ainsi, « une lutte sans merci s’est engagée » contre les trafiquants, plusieurs d’entre eux ayant été interpellés « le week-end dernier » dans un dossier où il y a notamment eu « un flagrant délit ».

« Cercle vertueux » et « passe à l’aile »

Venue spécialement pour la conférence, Valentine Rioult, commissaire divisionnaire de police, qui travaille au sein de la Direction de la coopération internationale de sécurité, a parlé mardi d’un « cercle vertueux de coopération interministérielle et internationale » né de ce cycle de conférences, les deux premières ayant eu lieu l’an dernier à Los Angeles et à Tahiti. Après celle de cette semaine à Nouméa, il y en aura une quatrième en novembre, toujours en Calédonie et encore une fois à l’initiative du gouvernement français. Valentine Rioult, pour qui il est « absolument crucial » de collaborer avec le reste de la planète dans ce marché illicite mondialisé, espère maintenant « faire une passe à l’aile » pour que les autres pays prennent le relais en organisant à leur tour une conférence.

Anthony Fillet

Fil d'actualité

La CCAT mobilisée devant « le Palais des injustices »

Ils se sont retrouvés au pied du Palais de...

Une soirée en enfer au 4e kilomètre

Insultes, coups, enlèvement, séquestration, humiliation, menaces de mort, sur...

Commentaire sur un sondage qui fait beaucoup parler

Ça n’a pas tardé, à peine les résultats du...

Nos réseaux

7,101FansJ'aime
178SuiveursSuivre
214SuiveursSuivre

Newsletter

Inscrivez vous pour recevoir chaque semaine notre newsletter dans votre boîte de réception.

La CCAT mobilisée devant « le Palais des injustices »

Ils se sont retrouvés au pied du Palais de justice, hier, pour dénoncer le traitement judiciaire réservé aux manifestants qui ont comparu devant le...

Manifestation de la CCAT : de six mois avec sursis à deux ans ferme pour les violences contre les gendarmes

Parmi les six manifestants qui ont comparu devant le tribunal correctionnel de Nouméa, vendredi, l’un d’eux a été relaxé et les cinq autres ont...

Une soirée en enfer au 4e kilomètre

Insultes, coups, enlèvement, séquestration, humiliation, menaces de mort, sur fond de trafic de drogue : ou comment une vente d'une petite quantité de cannabis...