« Ils se tapent dessus… mais ils s’adorent »

Des élèves du lycée professionnel Saint-Pierre Chanel (Mont-Dore) et du lycée professionnel Marcellin Champagnat (Païta) étaient réunis sur le ring à Rivière-Salée pour le championnat territorial scolaire (UNSS).

Casque, gants, protège-dents, protège-tibias… L’équipement était complet, et obligatoire, pour cette compétition qui a réuni, du milieu de la matinée jusqu’au milieu de l’après-midi, une petite trentaine de combattants, dont une poignée de filles.

La quantité de boxeurs est nettement en baisse par rapport à l’an passé, mais la qualité, elle, était bien présente hier dans la salle Vincent Kafoa. Deux catégories d’âge (cadets, juniors) et plusieurs catégories de poids (des moins de 55 kilos jusqu’aux plus de 120 kilos) ont permis de répartir les engagés, qui disputaient chacun plusieurs combats dans la journée. Les duels duraient deux ou trois rounds de soixante-quinze secondes, dans un style de boxe appelé savate : les coups de poing et les coups de pied étaient autorisés, mais pas les coups de genou, pas plus que les saisies ou les K.-O. L’idée, hier, était de « les laisser frapper jusqu’à un certain point », sans violence et avec une force maîtrisée, précise Christophe Ducrozet, professeur de français et d’histoire-géographie au lycée professionnel Saint-Pierre Chanel, et entraîneur de boxe au club du CDFA (à Auteuil et à Ouémo).

« La boxe, ça change le comportement »

Dans une configuration où l’on « fait les choses sérieusement, de façon cadrée », avec des juges pour déterminer les vainqueurs, cela s’est passé dans le respect, entre des élèves qui se connaissent bien. « Ils se tapent dessus… mais ils s’adorent », s’amuse Christophe Ducrozet, accompagné par un collègue, Philippe Guézennec, professeur d’EPS à Saint-Pierre Chanel. Sur le ring, « ça va vite, ça cogne bien, c’est précis, les cardios sont élevés », résume Christophe Ducrozet, satisfait ce qu’il a pu constater cette année, et les années précédentes. « La boxe, ça change le comportement des élèves », en bien précise-t-il. Une discipline idéale pour canaliser une énergie débordante.

Anthony Fillet

Fil d'actualité

A Ducos , il faut “sauver les entreprises encore debout”

La Chambre de commerce et d'industrie a lancé un...

L’Australie “vraiment préoccupée” par les émeutes en Calédonie

Le chef du gouvernement australien a annoncé qu'environ 300...

Emeutes en Calédonie : comment gérer ses déchets pendant la crise ?

Depuis le début des troubles urbains le 13 mai...

Des élus d’Outre-mer appellent à une « réponse politique »

Une vingtaine d’élus ultramarins, dont le sénateur calédonien indépendantiste...

Kaala-Gomen : ce que l’on sait de la personne décédée sur un barrage

Samedi 18 mai, sur un barrage à Kaala-Gomen, un...

Nos réseaux

7,101FansJ'aime
178SuiveursSuivre
214SuiveursSuivre

Newsletter

Inscrivez vous pour recevoir chaque semaine notre newsletter dans votre boîte de réception.

A Ducos , il faut “sauver les entreprises encore debout”

La Chambre de commerce et d'industrie a lancé un "nouveau cri d'alerte" dans un communiqué afin de protéger les entreprises "encore indemnes". La zone industrielle...

L’Australie “vraiment préoccupée” par les émeutes en Calédonie

Le chef du gouvernement australien a annoncé qu'environ 300 de ses ressortissants, actuellement bloqué en Calédonie en raison de la fermeture de l'aéroport de...

Emeutes en Calédonie : comment gérer ses déchets pendant la crise ?

Depuis le début des troubles urbains le 13 mai dernier en Nouvelle-Calédonie, particulièrement dans la commune de Nouméa et du Grand Nouméa, la question...