Le drame et le silence

« J’avais vingt ans. Je ne laisserai personne dire que c’est le plus bel âge de la vie » disait Paul Nizan dans « Aden Arabie ». La licence poétique n’autorise pas que l’on admette que l’on puisse mourir à 12 ans. Il y a des tragédies qui choquent autant qu’elles révulsent par leur injustice et l’incompréhension qu’elles suscitent du sort réservé à notre humanité. Le drame que nous venons de vivre à Païta, dans ce qu’il a de plus atroce, doit nous pousser à relativiser certains des « malheurs » auxquels nous sommes parfois confrontés. Un jeune de 12 ans est donc mort dans l’incendie de sa maison, après en avoir extirpé son père puis son frère. Comment concevoir cette sorte de choses sans crier au ciel notre révolte autant que notre peine ? La vie ne devrait pas nous faire subir ces avanies cruelles. La prière sans doute pour certains, aidera à surmonter ces faits. La solidarité plus sûrement, qui doit maintenant s’exprimer auprès de cette famille que cet épouvantable deuil a frappé, et qu’il faut désormais accompagné du mieux possible. Pour le reste, y’a-t-il encore quelque chose à dire ?

Fil d'actualité

Un nouveau commandant pour la BA 186

Cérémonie hier matin sur la base aérienne de la...

Bakou, capitale de l’outrance et de la polémique

Le énième voyage à Bakou d’élus indépendantistes ne sera...

Le drapeau du FLNKS ne peut être regardé comme un signe identitaire

Le Tribunal administratif a donné raison au parti politique...

Stupeur, colère et indignation

Après Saint-Louis, c’est l’église de l’île des Pins qui...

Émeutes de la CCAT : une demande de dépaysement total

Une assemblée générale des magistrats du siège du tribunal...

Nos réseaux

13,473FansJ'aime
391SuiveursSuivre
648SuiveursSuivre

Newsletter

Inscrivez vous pour recevoir chaque semaine notre newsletter dans votre boîte de réception.

Un nouveau commandant pour la BA 186

Cérémonie hier matin sur la base aérienne de la Tontouta. En présence du Haut-commissaire Louis Le Franc et du général Yann Latil, commandant supérieur...

Bakou, capitale de l’outrance et de la polémique

Le énième voyage à Bakou d’élus indépendantistes ne sera pas passé inaperçu. Non pas pour leur présence, mais pour les propos qu’ils ont tenus,...

Le drapeau du FLNKS ne peut être regardé comme un signe identitaire

Le Tribunal administratif a donné raison au parti politique Générations, qui contestait la présence du drapeau du FLNKS, aux côtés du drapeau Français, sur...