Et on fait quoi maintenant, monsieur le Président ?

Le jour où Emmanuel Macron a annoncé la dissolution de l’Assemblée nationale, c’était le 9 juin, au lendemain des élections européennes. Le chef de l’État avait déclaré qu’il le faisait pour « clarifier » la situation politique d’alors. Force est de constater à l’issue des élections législatives anticipées que l’on est très loin d’y voir bien plus clair.

Comme il l’avait annoncé après la proclamation des premiers résultats du second tour de ces élections législatives anticipées, Gabriel Attal a présenté sa démission et celle de son gouvernement au président de la République. Démission du Premier ministre refusée par le chef de l’État qui a demandé à Gabriel Attal de rester en poste afin d’« assurer la stabilité du pays », et ce malgré la défaite du camp présidentiel. La question posée par Emmanuel Macron dans sa lettre aux Français du 23 juin, « qui pour gouverner la France? », demeure donc en suspens. Tout comme sa promesse de « changer profondément la manière de gouverner », quel que soit le résultat. La chose dont nous sommes aujourd’hui sûrs c’est que le Président ne pourra pas dissoudre l’Assemblée nationale pendant douze mois, comme le prévoit l’article 12 de la Constitution. Un détail qui a son importance, puisque les députés des oppositions pourront, en se coalisant, censurer tout gouvernement à la moindre occasion, sans craindre une dissolution.

Ce contenu est réservé aux abonnés.

Connectez vous pour y accéder !

Lionel Sabot

Fil d'actualité

Un nouveau commandant pour la BA 186

Cérémonie hier matin sur la base aérienne de la...

Bakou, capitale de l’outrance et de la polémique

Le énième voyage à Bakou d’élus indépendantistes ne sera...

Le drapeau du FLNKS ne peut être regardé comme un signe identitaire

Le Tribunal administratif a donné raison au parti politique...

Stupeur, colère et indignation

Après Saint-Louis, c’est l’église de l’île des Pins qui...

Émeutes de la CCAT : une demande de dépaysement total

Une assemblée générale des magistrats du siège du tribunal...

Nos réseaux

13,462FansJ'aime
392SuiveursSuivre
647SuiveursSuivre

Newsletter

Inscrivez vous pour recevoir chaque semaine notre newsletter dans votre boîte de réception.

Un nouveau commandant pour la BA 186

Cérémonie hier matin sur la base aérienne de la Tontouta. En présence du Haut-commissaire Louis Le Franc et du général Yann Latil, commandant supérieur...

Bakou, capitale de l’outrance et de la polémique

Le énième voyage à Bakou d’élus indépendantistes ne sera pas passé inaperçu. Non pas pour leur présence, mais pour les propos qu’ils ont tenus,...

Le drapeau du FLNKS ne peut être regardé comme un signe identitaire

Le Tribunal administratif a donné raison au parti politique Générations, qui contestait la présence du drapeau du FLNKS, aux côtés du drapeau Français, sur...