Maxime Grousset peut continuer « à rêver »

Le nageur calédonien s’est montré extrêmement solide sur 100 mètres nage libre, avec un nouveau record personnel, pour décrocher la médaille d’or et son billet pour les Jeux olympiques.

Maxime Grousset n’est pas du genre à trembler. Depuis le début de sa carrière, le nageur calédonien a prouvé qu’il aimait la pression, qu’il la gérait et même qu’il la dominait. Il l’a une nouvelle fois montré lors des championnats de France à Chartres. La compétition, qualificative pour les Jeux olympiques de Paris, était un passage obligatoire pour l’une des principales têtes d’affiche de la natation française. Et il a parfaitement répondu présent. De quoi lui donner le sourire. « Ça vient avec la forme. Quand je sais que je suis en forme, je sais que je peux jouer à mes capacités maximales, donc ça fait plaisir », a-t-il expliqué à la sortie du bassin.

Quelques minutes plus tôt, le Cagou, qui a définitivement changé de dimension l’année dernière en devenant champion du monde du 100 mètres papillon, venait de décrocher un nouveau titre national sur le 100 mètres nage libre. Le cinquième sur la distance reine. Avec un chronomètre stratosphérique de 47 secondes et 33 centièmes, qui représente un nouveau record personnel (il efface ainsi les 47’’42 réalisés au Japon en juillet 2023), mais aussi la troisième meilleure performance mondiale de la saison. Seul le Chinois Pan Zhanle (46’’80, record du monde) et l’Américain Jack Alexy (47’’08) ont nagé plus vite que lui cette année. « C’est solide, ça fait plaisir, j’ai senti la bonne vitesse, j’étais fluide, s’est réjoui le Calédonien, qui avait déjà nagé 47’’65 lors des séries. Je suis super heureux, la journée est magnifique, travail accompli. »

« Je ne m’interdis pas de rêver »

Car, outre cette nouvelle médaille d’or, la deuxième de ces championnats de France après sa victoire sur 50 mètres papillon, Maxime Grousset a officiellement validé son billet pour les Jeux olympiques de Paris 2024. Si sa participation était attendue, elle restait tout de même à valider. Et c’est chose faite. Avec dorénavant, un rêve de plus en plus grand. « Cela fait des années que je rêve, et j’espère que les Jeux olympiques seront l’accomplissement du rêve. Mais voilà, je vais encore prendre les choses une par une, comme je sais faire. Je pense que c’est la bonne chose à faire », a-t-il tempéré, alors qu’il avait décroché, à la surprise générale, une prometteuse quatrième place lors de la dernière olympiade, à Tokyo en 2021. Pourra-t-il, cette fois, monter sur le podium ? « Je ne m’interdis pas de rêver », a confié le médaillé de bronze mondial de la distance.

Le Calédonien doit encore nager le 50 mètres nage libre (série jeudi soir, finale vendredi matin) et le 100 mètres papillon (séries vendredi soir, finale samedi matin), pour décrocher deux nouveaux billets pour Paris.

Fil d'actualité

Le défilé du 14 juillet annulé

Au regard du contexte actuel, le Haut-commissariat a préféré...

Deux cambriolages… le même jour et sans raison

Mardi matin, un homme de 23 ans a été...

« Je n’ai nulle part où aller, donc il va falloir avancer »

Alors que le territoire célèbre tristement deux mois d’affrontements...

L’aide médicale gratuite suspendue par la province Sud

Pour faire face aux nombreuses conséquences de la crise...

Faire face avec moins de trésorerie

A l’instar de toutes les collectivités calédoniennes, la province...

Nos réseaux

13,292FansJ'aime
383SuiveursSuivre
635SuiveursSuivre

Newsletter

Inscrivez vous pour recevoir chaque semaine notre newsletter dans votre boîte de réception.

Le défilé du 14 juillet annulé

Au regard du contexte actuel, le Haut-commissariat a préféré ne pas organiser de parade. Ce qui n’empêche pas plusieurs communes de préparer la fête...

Deux cambriolages… le même jour et sans raison

Mardi matin, un homme de 23 ans a été interpellé en train de saccager un magasin à Ducos. Placé en garde à vue puis...

« Je n’ai nulle part où aller, donc il va falloir avancer »

Alors que le territoire célèbre tristement deux mois d’affrontements et d’effondrement de son « vivre-ensemble », nous sommes allés à la rencontre des Calédoniens,...