La policière qui avait renseigné un émeutier condamnée à l’interdiction définitive d’exercer

Elle avait fait fuiter des informations sensibles à son compagnon sur les barrages, une policière comparaissait hier devant le tribunal.

Une « trahison » qui lui aura coûté son métier. D’après nos informations, la policière suspectée d’avoir fourni des informations sensibles et confidentielles à son compagnon, considéré comme ayant eu « un rôle actif » sur les barrages, a été condamnée par le tribunal. Elle ne pourra plus jamais porter un uniforme.

L’histoire, aussi embarrassante pour les services de l’État qu’inédite sur le territoire, aurait pu passer sous les radars sans un sacré coup de chance. Elle commence par une banale intervention des gendarmes sur un barrage de Pont-des-Français dans la nuit du 25 mai dernier. Trois personnes sont contrôlées mais la présence d’une voiture semblant abandonnée le coffre ouvert, attire la curiosité des militaires. À l’intérieur, un sac qui renferme des DVD vraisemblablement pillés dans un magasin, une fronde, des billes d’acier, un sabre d’abattis et surtout, un portable. Cette découverte va permettre de démasquer une « taupe » au sein même de la police nationale.

« Les flics, ce sont nos cibles »

L’analyse du téléphone est édifiante. Les gendarmes repèrent des dizaines de messages compromettants entre le propriétaire de l’appareil et sa compagne, une adjointe de sécurité affectée à la police aux frontières (PAF). Du 7 jusqu’au 25 mai, cette policière de 27 ans, qui n’est autre que la fille du directeur de cabinet de Louis Mapou, président du gouvernement, a informé son compagnon de manière continue. Lorsque les violences ont explosé, elle l’informe des premiers barrages. « On reste pacifique pour le moment mais ça va chauffer à la tombée de la nuit », lui répond-il. Au fil des messages, cet ancien pompiste de 32 ans, seulement connu pour des délits routiers, évoque « la lutte indépendantiste » et le fait qu’il est « pacifique » avant de la mettre en garde : « attention à toi, les flics, ce sont nos cibles ».

La policière, mère de 2 enfants, le renseigne sur le dispositif de maintien de l’ordre, sur la localisation et l’hébergement des forces de sécurité, le modèle et les plaques d’immatriculation de leurs véhicules et l’arrivée des renforts.

Ce contenu est réservé aux abonnés.

Connectez vous pour y accéder !

Jean-Alexis Gallien-Lamarche

Fil d'actualité

Un nouveau commandant pour la BA 186

Cérémonie hier matin sur la base aérienne de la...

Bakou, capitale de l’outrance et de la polémique

Le énième voyage à Bakou d’élus indépendantistes ne sera...

Le drapeau du FLNKS ne peut être regardé comme un signe identitaire

Le Tribunal administratif a donné raison au parti politique...

Stupeur, colère et indignation

Après Saint-Louis, c’est l’église de l’île des Pins qui...

Émeutes de la CCAT : une demande de dépaysement total

Une assemblée générale des magistrats du siège du tribunal...

Nos réseaux

13,463FansJ'aime
392SuiveursSuivre
647SuiveursSuivre

Newsletter

Inscrivez vous pour recevoir chaque semaine notre newsletter dans votre boîte de réception.

Un nouveau commandant pour la BA 186

Cérémonie hier matin sur la base aérienne de la Tontouta. En présence du Haut-commissaire Louis Le Franc et du général Yann Latil, commandant supérieur...

Bakou, capitale de l’outrance et de la polémique

Le énième voyage à Bakou d’élus indépendantistes ne sera pas passé inaperçu. Non pas pour leur présence, mais pour les propos qu’ils ont tenus,...

Le drapeau du FLNKS ne peut être regardé comme un signe identitaire

Le Tribunal administratif a donné raison au parti politique Générations, qui contestait la présence du drapeau du FLNKS, aux côtés du drapeau Français, sur...