Endormi près d’un engin explosif, il est relaxé

Interpellé par les gendarmes dans la nuit du 24 au 25 mai aux abords de Saint-Michel, un habitant de Saint-Louis, placé depuis en détention provisoire, est sorti libre du tribunal mercredi.

Sa compagne est venue le soutenir, accompagnée du dernier enfant du couple. Le bébé, autorisé exceptionnellement à assister à l’audience, n’a pas lâché les bras de sa mère. A deux reprises, le duo a dû quitter la salle, car l’enfant se réveillait. Sans doute s’inquiétait-il du sort que la justice réserverait à son père, dont il entendait la voix, timide, tentant de se justifier.

Les pleurs du nourrisson n’ont pas arrêté l’audience, présidée par Philippe Guislain. La question du jour : peut-on condamner un homme sur de simples soupçons ? Le tribunal a répondu que non, relaxant ce prévenu de 36 ans, sans emploi, père de trois jeunes enfants (de 2 mois à 3 ans) et habitant la tribu de Saint-Louis, côté mer. Il peut être soulagé, car le ministère public avait requis six mois de prison avec sursis.

Cinq auditions sans avocat

Il a été interpellé ainsi : alors que des gendarmes, postés à Saint-Michel, avancent pour assurer les arrières d’un escadron de mobiles, ils trouvent cet individu, dormant au sol, seul, en pleine rue. A ses côtés : un cocktail molotov et des pierres. Que faisait-il là, à cette heure-ci, en plein couvre-feu et alors que l’on était encore en état d’urgence ? Ces armes sont-elles les siennes, et si oui quel usage comptait-il en faire ? Qu’a-t-il bu pour se retrouver dans cet état d’ébriété avancé ? Participe-t-il aux émeutes ?

Ces questions, et d’autres, elles lui ont été posées lors de sa garde à vue : trois auditions le 25 mai, deux le lendemain, à la gendarmerie de Pont-des-Français. Sans contrôle de son taux d’alcoolémie. Et sans avocat pour défendre ses intérêts, car comme l’a rappelé son conseil mercredi au tribunal, Me Pierre-Louis Villaume, « on avait pour consigne, par mesure de sécurité, de ne prendre les gardes à vue qu’au commissariat central » de Nouméa.

Ce contenu est réservé aux abonnés.

Connectez vous pour y accéder !

Anthony Fillet

Fil d'actualité

Un nouveau commandant pour la BA 186

Cérémonie hier matin sur la base aérienne de la...

Bakou, capitale de l’outrance et de la polémique

Le énième voyage à Bakou d’élus indépendantistes ne sera...

Le drapeau du FLNKS ne peut être regardé comme un signe identitaire

Le Tribunal administratif a donné raison au parti politique...

Stupeur, colère et indignation

Après Saint-Louis, c’est l’église de l’île des Pins qui...

Émeutes de la CCAT : une demande de dépaysement total

Une assemblée générale des magistrats du siège du tribunal...

Nos réseaux

13,463FansJ'aime
392SuiveursSuivre
647SuiveursSuivre

Newsletter

Inscrivez vous pour recevoir chaque semaine notre newsletter dans votre boîte de réception.

Un nouveau commandant pour la BA 186

Cérémonie hier matin sur la base aérienne de la Tontouta. En présence du Haut-commissaire Louis Le Franc et du général Yann Latil, commandant supérieur...

Bakou, capitale de l’outrance et de la polémique

Le énième voyage à Bakou d’élus indépendantistes ne sera pas passé inaperçu. Non pas pour leur présence, mais pour les propos qu’ils ont tenus,...

Le drapeau du FLNKS ne peut être regardé comme un signe identitaire

Le Tribunal administratif a donné raison au parti politique Générations, qui contestait la présence du drapeau du FLNKS, aux côtés du drapeau Français, sur...