Le personnel médical face à la crise

Vingt-deux jours que ça dure. Pour les soignants, le temps commence à devenir long. La situation aux abords du Médipôle et de la clinique s’est détendue dernièrement, avant de redevenir compliquée depuis deux jours avec notamment deux personnes mortes car n’ayant pu atteindre l’hôpital. Depuis trois (longues) semaines, les soignants se retroussent les manches pour affronter des événements qu’ils « n’auraient jamais cru vivre ».

« Je suis rentré chez moi en voiture le premier mardi des émeutes. C’était l’apocalypse. » Benjamin travaille au Médipôle dans le service pneumologie. Comme beaucoup d’autres soignants durant les dernières semaines, il a continué d’assurer son service, contre la tempête, au milieu du désordre actuel. « Le premier soir, j’ai failli me faire frapper dans ma voiture. Agréable », ironise-t-il. Rapidement, accéder aux structures de soins en toute sécurité est devenu compliqué. « C’est vrai que ce n’était pas rassurant de traverser le barrage de Nouville, on ne savait jamais sur quoi on allait tomber », explique une sage-femme qui travaille à la clinique Kuindo-Magnin. « Personnellement ça s’est toujours relativement bien passé, même si le barrage restait impressionnant. »

Ce contenu est réservé aux abonnés.

Connectez vous pour y accéder !

Loris Castaing

Fil d'actualité

Une journée de la CCAT

Alors que la garde à vue des onze responsables...

Deux ans de prison ferme pour avoir « canardé » les gendarmes à Dumbéa

S’il a reconnu avoir jeté des cailloux depuis un...

Le Mont-Dore Sud toujours dans la difficulté

Depuis plus d’un mois maintenant, le Mont-Dore Sud vit...

La clinique Kuindo-Magnin appelle (encore) à l’aide

Pas de fermeture fin juin comme annoncé dans les...

Dans le Nord, la fuite des soignants inquiète

Bien que situé loin des exactions commises dans le...

Nos réseaux

12,611FansJ'aime
345SuiveursSuivre
600SuiveursSuivre

Newsletter

Inscrivez vous pour recevoir chaque semaine notre newsletter dans votre boîte de réception.

Une journée de la CCAT

Alors que la garde à vue des onze responsables de la CCAT se poursuit, sur le terrain les militants ont mené quelques actions. Lors...

Deux ans de prison ferme pour avoir « canardé » les gendarmes à Dumbéa

S’il a reconnu avoir jeté des cailloux depuis un barrage, ce père de famille a nié avoir blessé un gendarme devant le tribunal correctionnel...

Le Mont-Dore Sud toujours dans la difficulté

Depuis plus d’un mois maintenant, le Mont-Dore Sud vit une situation extrêmement difficile. Outre les agressions et les car-jackings, les habitants du Mont-Dore Sud...