L’USTKE-CCAT ne veut parler que de l’indépendance et avec ceux qu’elle aura choisi pour discuter

Si certains avaient quelques doutes quant aux possibilités de reprise du dialogue, le dernier communiqué de l’USTKE, diffusé hier et signé de sa présidente Mélanie Atapo que l’on n’entend et que l’on ne voit jamais, met tout le monde d’équerre.

Le dernier paragraphe de ce très long communiqué (depuis le début des violences, les communiqués des indépendantistes sont toujours très longs) éclaire les choses comme jamais. « Pour le Bureau Confédéral de l’USTKE », dit le communiqué, « tout est négociable sauf l’indépendance ». L’Union syndicale des travailleurs kanaks et des exploités (USTKE), qui assure que s’il n’y a pas de retrait du dégel, il n’y aura pas de dialogue, démonte les Accords de Matignon et de Nouméa comme jamais. « II est hors de question », explique l’organisation qui n’a plus de syndicat que le nom, « que la question de l’accession à l’indépendance soit à nouveau sacrifiée sur l’autel d’un énième statu quo et d’intérêts politiciens à courte vue. A toutes les composantes du mouvement indépendantiste kanak, nous disons ceci : l’USTKE rejettera tout accord qui ne débouchera pas de manière formelle et garantie sur l’accession à l’indépendance de la Kanaky. »

Évoquant sans les nommer Matignon et Nouméa, l’USTKE y voit « des accords rétrogrades qui n’ont fait que perpétuer le système colonial et dont on mesure les funestes résultats aujourd’hui a travers la révolte de la jeunesse kanak ».

Avec qui voulez-vous négocier ?

Donc on ne négocie que l’indépendance, au travers d’un accord qui ne prévoit que l’indépendance. Et l’USTKE de désigner les interlocuteurs aptes à négocier. « Les Backes, Metzdorf, Ruffenach et consorts », nous est-il expliqué, « sont totalement disqualifiés pour pouvoir prétendre à s’engager dans une dynamique de dialogue alors qu’ils n’ont fait que jeter de l’huile sur le feu, à coups de surenchères et de provocations. On ne discute pas et on négocie encore moins avec des racistes anti-kanak. »

L’USTKE établit donc des critères et voit dans certains, semble-t-il, des personnalités sans doute plus « kanako-comptatibles ». Le communiqué dit en effet : « iI existe parmi les non-indépendantistes et y compris parmi les ”non-classables” au sein de la classe politique, dans le milieu patronal, dans la sphère socio-culturelle ou dans la société civile en général des personnalités avec qui le dialogue est possible et envisageable. C’est avec eux que le dialogue doit s’établir. »

On regrette que des noms ne soient pas cités, même si l’on en a quelque idée, car l’USTKE cite en revanche nombre de personnalités qu’elle souhaite voir intégrer la mission du dialogue en lieu et place des trois hauts fonctionnaires désignés par le chef de l’État. Ça n’étonnera donc personne que l’USTKE réclame la présence de gens comme Alain Christnacht, Jean-François Merle, Christiane Taubira, Mathias Chauchat, José Barbançon, Anthony Tutugoro ou bien encore Jean-Pierre Aïfa. Mais l’USTKE met également en garde les leaders des partis indépendantistes : « pour le Bureau Confédéral de l’USTKE », est-il précisé, « aucun dialogue impliquant des indépendantistes ne pourra se faire sans la présence de représentants dûment mandatés de la CCAT ».

Ce communiqué reflète donc bien l’état d’esprit dans lequel se trouve une partie de plus en plus large des indépendantistes, et traduit la difficulté dans laquelle se trouve désormais la Nouvelle-Calédonie politiquement.

N.V.

Fil d'actualité

Christian Tein et les commanditaires présumés de la CCAT déférés

Le responsable de la Cellule de coordination des actions...

Pour l’UC, la CCAT n’est pas une organisation terroriste

Daniel Goa, président de l’Union calédonienne, a signé jeudi...

Réduire les aides ?

Les collectivités, qu’il s’agisse du gouvernement, des provinces ou...

Rupture de trésorerie

Le gouvernement ne parle pas de cessation de paiement,...

Nos réseaux

12,880FansJ'aime
351SuiveursSuivre
606SuiveursSuivre

Newsletter

Inscrivez vous pour recevoir chaque semaine notre newsletter dans votre boîte de réception.

Christian Tein mis en examen et placé en détention provisoire en Métropole

Le leader de la CCAT a été présenté à une juge d'instruction ce samedi, qui lui a notifié sa mise en examen. La justice...

Christian Tein et les commanditaires présumés de la CCAT déférés

Le responsable de la Cellule de coordination des actions de terrain (CCAT) et dix autres personnes soupçonnées d’avoir préparé les actions violentes doivent être...

Pour l’UC, la CCAT n’est pas une organisation terroriste

Daniel Goa, président de l’Union calédonienne, a signé jeudi soir un communiqué dans lequel il revient sur l’interpellation de onze responsables de la Cellule...