A Païta, le vivre-ensemble plus fort que tout ?

Si les émeutes ont créés une fracture au sein du territoire, les quartiers ont su trouver une force, ou la consolider, pour se solidariser et travailler ensemble. Mais qu’en sera-t-il quand la vie retrouvera de son calme ?

La force de la Nouvelle-Calédonie, c’est sa population cosmopolite, avec des Kanaks, des Caldoches, des Wallisiens, des Européens, des Javanais… Ce sont aussi ses différences culturelles dont chacun a à se nourrir. Mais sa force, avant tout, c’était le vivre-ensemble que 270 000 personnes avaient réussi à bâtir, pour créer une maison avec des bases qu’on croyait solides. « C’est ça la Nouvelle-Calédonie, c’est toutes les couleurs de population que l’on voit dans la file du marché » s’émeut un citoyen en montrant la queue devant le Destock NC de Païta.

« Païta, c’est un reflet du territoire »

Dans sa commune, 28 000 habitants partagent une même terre : « Un tiers de Wallisiens, un tiers d’Européens, un tiers de Kanak, et 10 % de Javanais, Tahitiens, Métisses. C’est un reflet du territoire » indique le directeur de cabinet de la mairie, Antoine Romain. Si le calcul est à revoir, cette mixité montre la richesse culturelle de la ville, située aux portes de la brousse. Cette localisation permet aussi à sa population de grandir dans un univers citadin, mais aussi plus rural et proche des tribus, à l’image des quatre qui composent la ville. Bangou, Col de la Pirogue-St Laurent, Naniouni, N’de. « Quatre et demi si on sépare Col de la Pirogue et Saint Laurent » précise Antoine Romain. Les quartiers aussi, même si certains ont une tendance plus forte à une ethnie, sont des bassins de mélanges culturels. « Les gens se retrouvent aux magasins, à l’essence, ils vont à l’école ensemble. Les écoles sont très mixtes. Dans les publics, on retrouve la même parité que dans la ville. Le vivre-ensemble y existait. Ici, jusqu’à présent, il y avait un vrai vivre-ensemble. » poursuit le directeur de cabinet. Mais voilà « y existait (…) il y avait », sa phrase conjuguée au passé en dit long sur les dommages immatériels que ces émeutes vont laisser. « Trente années, que nos vieux se sont battus à construire, réduites en une nuit » accentue un individu, à l’entrée du magasin Destock NC.

« Les gens vont mal se regarder pendant un moment »

« La question sur le vivre-ensemble, elle est centrale si on veut un avenir à la Nouvelle-Calédonie » admet Antoine Romain. Mais malheureusement, dans Nouméa particulièrement, les gens ont davantage tendance à se méfier les uns des autres depuis une dizaine de jours. A Païta, la plus importante mixité ne rassure pas le directeur de cabinet pour autant, « Demain, je ne sais pas. Les gens vont mal se regarder pendant un moment. Ça va mettre du temps à revenir. Ça va être difficile. Il y a des choses qui ont été dites dans les familles que nous, on ne sait pas. On parle comment des familles ? Dans celles des Kanak, on parle comment des Européens dans les barrages ? Dans celles des Européens, on parle comment des Kanak ? » Malgré « des frères, qui aujourd’hui se font face », il est normal de craindre les semaines, les mois qui suivront ces émeutes historiques.

Quelques raisons d’espérer…

Nonobstant ce constat, des espoirs existent ! Les émeutes ont certes divisé, mais pour d’autres, elles ont rassemblé. Antoine Romain donne pour exemple : « La mamie qui est toute seule, on va aller la voir. On s’en fout qu’elle soit Kanak, Wallisienne, européenne. On va lui donner un bout de la marmite, c’est tout ». John Doe, individu interviewé sur un barrage, va dans son sens en se réjouissant de la solidarité dont son quartier a pu faire preuve lorsque son fils, en bas âge, n’avait plus de quoi manger. Après un message sur un groupe Facebook, une dame du quartier lui a apporté de quoi tenir quelques jours supplémentaires. Cette jeunesse justement, il faut l’encourager à partager, la faire grandir avec les valeurs que représente la Nouvelle-Calédonie, car comme le conclut le directeur de Cabinet, « le vivre-ensemble, ce sont les gamins qu’il faut préserver. »

Fil d'actualité

Une journée de la CCAT

Alors que la garde à vue des onze responsables...

Deux ans de prison ferme pour avoir « canardé » les gendarmes à Dumbéa

S’il a reconnu avoir jeté des cailloux depuis un...

Le Mont-Dore Sud toujours dans la difficulté

Depuis plus d’un mois maintenant, le Mont-Dore Sud vit...

La clinique Kuindo-Magnin appelle (encore) à l’aide

Pas de fermeture fin juin comme annoncé dans les...

Dans le Nord, la fuite des soignants inquiète

Bien que situé loin des exactions commises dans le...

Nos réseaux

12,610FansJ'aime
345SuiveursSuivre
600SuiveursSuivre

Newsletter

Inscrivez vous pour recevoir chaque semaine notre newsletter dans votre boîte de réception.

Une journée de la CCAT

Alors que la garde à vue des onze responsables de la CCAT se poursuit, sur le terrain les militants ont mené quelques actions. Lors...

Deux ans de prison ferme pour avoir « canardé » les gendarmes à Dumbéa

S’il a reconnu avoir jeté des cailloux depuis un barrage, ce père de famille a nié avoir blessé un gendarme devant le tribunal correctionnel...

Le Mont-Dore Sud toujours dans la difficulté

Depuis plus d’un mois maintenant, le Mont-Dore Sud vit une situation extrêmement difficile. Outre les agressions et les car-jackings, les habitants du Mont-Dore Sud...