Sans retour au calme, « il y aura des morts »

Le Haut-commissaire, Louis Le Franc, entouré des maires de Nouméa (Sonia Lagarde) et de Païta (Maryline D’Arcangelo), de la présidente de la province Sud (Sonia Backes) et du commandant de la gendarmerie (le général Nicolas Matthéos), a tenu une conférence de presse hier en fin de matinée à Nouméa.

Après une nuit d’émeutes, et avant une nuit de couvre-feu, le représentant de l’État a fait un point de situation : 35 membres des forces de l’ordre (police et gendarmerie confondues) blessés (finalement 54 en fin de journée), 48 interpellations (34 de plus dans les heures suivantes), des centaines de militants présents dehors un peu partout dans le Grand Nouméa depuis lundi, des routes coupées, des commerces saccagés, des habitations brûlées, des habitants (dont le père d’une Sonia Backes au visage fermé) délogés de force… « Ce qui s’est produit est très grave », résume Louis Le Franc, le ton grave. « On a vécu une nuit très difficile. » Pour la suivante, « j’ai décrété un couvre-feu sur l’agglomération de Nouméa, à compter de mardi 18 h jusqu’au mercredi 6 h du matin, et un couvre-feu qui sera reconduit si nécessaire. J’ai demandé aux maires », poursuit le Haut-commissaire, « d’insister auprès des populations de leur commune, de rester à leur domicile et de limiter leurs déplacements, afin qu’on n’ait à traiter que ces délinquants, qui se nombre par centaines sur le Grand Nouméa. Également interdit : tout rassemblement sur l’agglomération du Grand Nouméa. Donc dès lors qu’il y aura un rassemblement qui se fera dans l’illégalité, on agira. Interdit également : le transport et le port d’armes, sur l’ensemble du territoire calédonien. Interdit aussi : les ventes d’alcool, notamment les ventes d’alcool à emporter, sur l’ensemble du territoire de la Nouvelle-Calédonie, pendant cette période. Les établissements scolaires sont fermés, il vaut mieux. C’est aussi pour simplifier la tâche des forces de l’ordre, et veiller à la sécurité de la population. Ceux qui se déplacent, qui ne respecteraient pas ces consignes, se mettent eux-mêmes en insécurité et compliquent l’action des forces de l’ordre. Puisqu’il faut gérer à la fois ceux qui commettent les actions les plus graves, et ceux qui veulent se déplacer. » A Nouméa, la ville s’est embrasée en plusieurs points dès la tombée de la nuit lundi. Jusqu’à hier soir, cela ne s’est pas vraiment calmé.

Nouméa, Mont-Dore…

Pire : l’usine Le Froid, avec à l’intérieur des intrus refusant de sortir, était par exemple au bord de l’explosion, selon les autorités, craignant une catastrophe. Le Haut-commissaire note que ce sont les quartiers nord et est qui sont surtout impactés : Montravel, Ducos, Vallée-du-Tir… Cela a été très compliqué aussi à Dumbéa, Païta et bien sûr au Mont-Dore, en particulier à la Conception et à Saint-Louis.

« Le port de Nouméa n’est pas touché, on remercie les sociétés d’acconage de permettre la continuité de l’activité du port de Nouméa dont nous avons tous besoin », reprend le Haut-commissaire. « L’aéroport de Tontouta non plus, on remercie là aussi les entreprises qui travaillent » sur place « et qui permettent le fonctionnement de cet aéroport, mais j’ai pris aussi des mesures pour annuler un certain nombre de vols, pour ne pas avoir à nous compliquer la tâche avec la gestion de l’accueil des voyageur ».

« Violence extrême »

« Je m’adresse aux responsables des formations politiques indépendantistes, de faire tout ce qui est en leur pouvoir pour demander aux jeunes qui, aujourd’hui, sèment la terreur sur le Grand Nouméa et détruisent beaucoup de choses, d’arrêter immédiatement ce qui est engagé depuis hier (lundi). Si ça ne prend pas cette forme, et compte tenu de leur agressivité et de leur violence extrême, et pour certains de l’emploi d’armes à feu, il y aura
des morts », a prévenu Louis Le Franc hier en fin de matinée. « Vous voyez, quand on court vers l’abîme il est toujours temps de s’arrêter, et là on y a tout droit (…) Le risque, aujourd’hui, c’est de retrouver une période que certains ont connue, celle des années 84-88. On n’en est pas loin. Il faut que chacun prenne ses responsabilités. »


Des renforts attendus

Le Haut-commissaire n’avait pas hier de date à donner. « Les renforts de Métropole, je l’espère, vont arriver le plus vite possible (…) Ces moyens, je les ai demandés, j’en ai besoin pour être en capacité de faire face » car les membres des forces de l’ordre « ils fatiguent ». Louis Le Franc ajoute : « ces moyens, je les ai demandés bien avant » que ça ne dégénère, « je n’ai pas attendu hier matin pour le faire ». Il a été précisé que les policiers nationaux en repos ont été rappelés : ils sont maintenant quasiment tous disponibles, autour de 700. Quant à la gendarmerie, elle compte, au total, près d’un millier de personnes.



Anthony Fillet

Fil d'actualité

Nettoyage du barrage de Nouville… Pour combien de temps ?

Escortés par les forces de l’ordre, plusieurs travailleurs étaient...

17 heures d’une visite primordiale

Quoi qu’on en pense et quoi qu’on en dise,...

Pierre Fairbank double la mise au Japon

Le Calédonien s’offre un second titre lors des championnats...

Nos réseaux

7,101FansJ'aime
178SuiveursSuivre
214SuiveursSuivre

Newsletter

Inscrivez vous pour recevoir chaque semaine notre newsletter dans votre boîte de réception.

INTERVIEW – Emmanuel Macron : “Je m’engage à ne pas passer en force la réforme du dégel du corps électoral”

Dans une interview en exclusivité pour La Voix du Caillou, Nouvelle-Calédonie La 1ère, Radio Rythme Bleu et Caledonia, le président de la République Emmanuel...

Nettoyage du barrage de Nouville… Pour combien de temps ?

Escortés par les forces de l’ordre, plusieurs travailleurs étaient présents aujourd’hui au niveau du barrage de Nouville pour dégager la route avec l’aide de...

17 heures d’une visite primordiale

Quoi qu’on en pense et quoi qu’on en dise, la visite éclair d’Emmanuel Macron en Nouvelle-Calédonie aura été primordiale. Certes rien n’est encore réglé,...