À Bourail, une journée pour permettre aux femmes de s’initier au surf

Samedi à Bourail s’est tenue la 3e édition de l’événement « Les femmes font des vagues » : une journée durant laquelle de nombreuses femmes ont pu s’initier aux pratiques du surf, du va’a ou encore du stand-up paddle, encadrées par des professionnels.

Après une nuit pluvieuse vendredi soir, le soleil a fait un retour timide sur la commune de Bourail, samedi matin. Pourtant, les quelques nuages présents n’ont pas réussi à jouer les trouble-fêtes et démotiver les 80 femmes inscrites à l’événement « Les femmes font des vagues », à la plage de la Roche percée.

Organisée par le Big Bananas Surf Club, en partenariat avec la Ligue calédonienne de surf, cette 3e édition leur a permis de s’essayer au surf, au stand-up paddle, et au va’a, ainsi qu’à d’autres activités comme du dancehall, de la sonothérapie, du tressage et du yoga. « L’objectif, c’est de leur donner l’opportunité d’essayer des activités qu’elles n’auraient pas fait seules […] Car c’est typiquement féminin de se dire “Je ne vais pas y arriver”. Alors que là, elles sont encadrées par des professionnels, et ce sont toutes des débutantes. Puis ce qui est bien avec la pratique du surf, c’est qu’on prend du plaisir directement, contrairement à d’autres sports qui demandent plus d’entraînement en amont », explique Mathilde Martinsson, présidente du Big Bananas Surf Club.

« Un bon moment avec les copines »

Ayant raté l’événement en 2022 – année durant laquelle a été organisée la 2e édition -, Emma a « sauté sur les inscriptions » dès qu’elle en a eu l’occasion. « L’idée, c’était de partager un bon moment avec les copines et surtout de tester le va’a et la danse suspendue, que je n’avais jamais fait », partage-t-elle.

L’opportunité également pour Alexia – venue de Nouméa le matin même – de redécouvrir la pratique du paddle. « J’en avais déjà fait une ou deux fois seule, mais là avec les techniques données par l’instructeur c’était super intéressant », sourit-elle. Sur place, elle s’est en outre essayé au surf, qu’elle n’avait en revanche jamais testé. « C’est difficile, mais franchement c’était top ! Ayant peur de la haute mer, je le retesterai peut-être, mais pas en Nouvelle-Calédonie. Là, ce qui était bien, c’est qu’on était quand même au bord de l’eau, et bien entourées. Le cadre était rassurant. Pour commencer, je trouve que c’est bien d’être cadré. Ça décoince une petite appréhension. »

Arrivée de Nouméa spécialement pour l’occasion la veille, Christelle ne l’a pas regretté. « Il y a vraiment de tout, c’est parfait et fait sur mesure pour les femmes, c’est tout ce qu’on aime », glisse-t-elle.


Trois éditions depuis 2012

« Les femmes font des vagues » a été créé pour la première fois en 2012 dans une volonté, au départ, « d’augmenter le nombre de licenciés chez les femmes ». Puis, l’événement a été relancé une deuxième fois en 2022, sur le modèle actuel, c’est-à-dire « avec beaucoup plus de monde » et des initiations variées, avec du stand-up paddle, de la danse sur tissu, du yoga et bien sûr du surf.


Nikita Hoffmann

Fil d'actualité

Nettoyage du barrage de Nouville… Pour combien de temps ?

Escortés par les forces de l’ordre, plusieurs travailleurs étaient...

17 heures d’une visite primordiale

Quoi qu’on en pense et quoi qu’on en dise,...

Pierre Fairbank double la mise au Japon

Le Calédonien s’offre un second titre lors des championnats...

Nos réseaux

7,101FansJ'aime
178SuiveursSuivre
214SuiveursSuivre

Newsletter

Inscrivez vous pour recevoir chaque semaine notre newsletter dans votre boîte de réception.

INTERVIEW – Emmanuel Macron : “Je m’engage à ne pas passer en force la réforme du dégel du corps électoral”

Dans une interview en exclusivité pour La Voix du Caillou, Nouvelle-Calédonie La 1ère, Radio Rythme Bleu et Caledonia, le président de la République Emmanuel...

Nettoyage du barrage de Nouville… Pour combien de temps ?

Escortés par les forces de l’ordre, plusieurs travailleurs étaient présents aujourd’hui au niveau du barrage de Nouville pour dégager la route avec l’aide de...

17 heures d’une visite primordiale

Quoi qu’on en pense et quoi qu’on en dise, la visite éclair d’Emmanuel Macron en Nouvelle-Calédonie aura été primordiale. Certes rien n’est encore réglé,...