La CCAT devant les gendarmeries du pays

En réponse à l’appel de la Cellule de coordination des actions de terrain, des manifestants se sont mobilisés devant les différentes gendarmeries du pays. Une opération symbolique alors qu’il y a trente-six ans, le 5 mai 1988, était donné l’assaut dans la grotte d’Ouvéa.

La Cellule de coordination des actions de terrain maintient le feu de la contestation. Si la cocotte-minute est sous pression depuis longtemps déjà, les mobilisations perdurent. Ainsi, jusqu’au 13 mai, date à laquelle le projet de loi constitutionnelle sur le dégel du corps électoral sera examiné par les députés de l’Assemblée nationale, l’organisation indépendantiste veut multiplier les sorties. C’est ce qu’elle a appelé « les dix jours pour Kanaky ».

« Une journée parfaite »

Après avoir célébré le 35e anniversaire de la mort de Jean-Marie Tjibaou et de Yeiwéné Yeiwéné samedi (lire en bas de page), une mobilisation devant toutes les gendarmeries du pays a ainsi été ordonnée dimanche. Un appel qui a semble-t-il été entendu. Si la gendarmerie Meunier, au pied de la cathédrale, est restée déserte (le rendez-vous étant fixé ce lundi devant la caserne nouméenne, NDLR), les manifestants ont débarqué en nombre devant de nombreux établissements du pays. A Apogoti, par exemple, une grosse centaine de manifestants ont répondu présent. « Il faut beau, il ne fait pas trop chaud, c’est une journée parfaite », sourit l’un d’eux. L’ambiance est effectivement au beau fixe devant la caserne dumbéenne, inaugurée il y a deux ans maintenant. « On est arrivé à 8 heures, mais certains sont là depuis 6 heures. Et on va rester jusqu’à ce soir », explique un second manifestant. Les gendarmes, qui sont venus discuter plus tôt dans la matinée, observent dorénavant la scène de loin. La situation est similaire devant la caserne de Saint-Michel, au Mont-Dore.

La date et le lieu de rassemblement n’ont pas été choisis au hasard. Loin de là. Il y a trente-six ans, le 5 mai 1988, était donné l’assaut dans la grotte de Gossanah, à Ouvéa, tuant 19 militants indépendantistes qui avait pris en otage des gendarmes. C’est pourquoi, sur les murs des gendarmeries, les messages sont pluriels. Ainsi, à côté des désormais traditionnelles banderoles contre le dégel du corps électoral, les douleurs souvenirs d’Ouvéa avaient également une place de choix : « 36 ans de larmes et de souffrance », « 36 ans déjà », « hommage aux 19 combattants d’Iaai », pouvait-on lire sur les banderoles.


Quid des prochains jours ?

Sur la page Facebook, la CCAT a détaillé le programme des prochains jours en évoquant une nouvelle mobilisation lundi « devant les subdivisions du pays, devant la caserne Meunier de Nouméa et à défaut devant les gendarmeries du pays ». Le lendemain, c’est devant le Camp-Est et devant la prison de Koné que le rendez-vous est donné avant, mercredi matin, au lendemain du passage du projet de loi constitutionnelle en commission à l’Assemblée nationale, une marche est prévue à l’Anse-Vata. « Le pays se mobilise pour dire non au dégel du corps électoral et non à la recolonisation du pays (…) Le message est le même dans tout le pays : discipline. Ce sont des actions pacifiques », a tout de même rappelé la CCAT sur les réseaux sociaux.



Claire Gaveau

Fil d'actualité

Nettoyage du barrage de Nouville… Pour combien de temps ?

Escortés par les forces de l’ordre, plusieurs travailleurs étaient...

17 heures d’une visite primordiale

Quoi qu’on en pense et quoi qu’on en dise,...

Pierre Fairbank double la mise au Japon

Le Calédonien s’offre un second titre lors des championnats...

Nos réseaux

7,101FansJ'aime
178SuiveursSuivre
214SuiveursSuivre

Newsletter

Inscrivez vous pour recevoir chaque semaine notre newsletter dans votre boîte de réception.

INTERVIEW – Emmanuel Macron : “Je m’engage à ne pas passer en force la réforme du dégel du corps électoral”

Dans une interview en exclusivité pour La Voix du Caillou, Nouvelle-Calédonie La 1ère, Radio Rythme Bleu et Caledonia, le président de la République Emmanuel...

Nettoyage du barrage de Nouville… Pour combien de temps ?

Escortés par les forces de l’ordre, plusieurs travailleurs étaient présents aujourd’hui au niveau du barrage de Nouville pour dégager la route avec l’aide de...

17 heures d’une visite primordiale

Quoi qu’on en pense et quoi qu’on en dise, la visite éclair d’Emmanuel Macron en Nouvelle-Calédonie aura été primordiale. Certes rien n’est encore réglé,...