Se lancer dans l’entrepreneuriat avec l’Adie

Cette semaine, l’Adie organise « La semaine pour créer sa boîte », une semaine dédiée à ceux qui veulent se lancer et ne savent pas par où commencer.

Pour toutes les personnes qui ont un projet d’entreprise en tête ou ont déjà commencé à tester une activité sans la déclarer, l’Adie organise des ateliers gratuits pour expliquer comment, même sans moyens, il est possible de créer son entreprise, et pour partager avec le plus grand nombre les clés pour financer, développer et immatriculer un projet.

« Beaucoup de Calédoniens, quand ils n’ont pas beaucoup de moyens financiers, renoncent à se lancer, affirme Ségolène Thomas, directrice de l’Adie en Nouvelle-Calédonie et Wallis et Futuna. Et d’autres, pour les mêmes raisons, créent des petites activités informelles mais ne s’autorisent pas l’ambition de voir en grand et de se lancer vraiment. Avec cette mobilisation, nous voulons faire sauter ces freins pour offrir les mêmes chances à tous de donner vie à son projet ». Cette semaine a un thème : les entrepreneurs informels, c’est-à-dire que leurs activités ne sont pas déclarées. « L’écrasante majorité d’entre eux ne sont pas des fraudeurs, explique Frédéric Lavenir, président de l’Adie. Ils sont simplement “hors-jeu” plus ou moins convaincus d’être broyés s’ils mettent le doigt dans la machine, parfois ignorants de ce qu’ils devraient faire pour déclarer leur activité ou effrayés à l’idée de le faire, le plus souvent inconscients des droits auxquels ils renoncent et des opportunités qu’ils perdent ». Plus vulnérables que la moyenne, les entrepreneurs qui restent dans l’informel sont aussi invisibles. Les femmes et les personnes sans diplôme, exerçant des activités à domicile, y sont surreprésentées.

42 évènements partout en Nouvelle-Calédonie

Pour aider les entrepreneurs informels ou les futurs entrepreneurs à lancer officiellement leur entreprise, l’Adie NC organise 42 évènements, étendus du 5 au 10 février, partout sur le territoire. Par exemple, les conseillers seront ce matin à la salle de tennis d’Auteuil et à la Maison de quartier Ta’alofa, et cette après-midi au marché de Qanono et au mini-marché de Gossanah. Hier matin, ils étaient à Ducos, où ils ont démarché une trentaine de personnes, des particuliers comme des commerciaux. Un tiers des personnes approchées ont concrétisé la discussion par un rendez-vous officiel qui permettra d’approfondir leur idée d’entreprise. Pour connaître toutes les dates et tous les lieux, rendez-vous sur leur page Facebook « Adie Nouvelle-Calédonie ».

Kim Jandot

Fil d'actualité

Un nouveau commandant pour la BA 186

Cérémonie hier matin sur la base aérienne de la...

Bakou, capitale de l’outrance et de la polémique

Le énième voyage à Bakou d’élus indépendantistes ne sera...

Le drapeau du FLNKS ne peut être regardé comme un signe identitaire

Le Tribunal administratif a donné raison au parti politique...

Stupeur, colère et indignation

Après Saint-Louis, c’est l’église de l’île des Pins qui...

Émeutes de la CCAT : une demande de dépaysement total

Une assemblée générale des magistrats du siège du tribunal...

Nos réseaux

13,463FansJ'aime
392SuiveursSuivre
647SuiveursSuivre

Newsletter

Inscrivez vous pour recevoir chaque semaine notre newsletter dans votre boîte de réception.

Un nouveau commandant pour la BA 186

Cérémonie hier matin sur la base aérienne de la Tontouta. En présence du Haut-commissaire Louis Le Franc et du général Yann Latil, commandant supérieur...

Bakou, capitale de l’outrance et de la polémique

Le énième voyage à Bakou d’élus indépendantistes ne sera pas passé inaperçu. Non pas pour leur présence, mais pour les propos qu’ils ont tenus,...

Le drapeau du FLNKS ne peut être regardé comme un signe identitaire

Le Tribunal administratif a donné raison au parti politique Générations, qui contestait la présence du drapeau du FLNKS, aux côtés du drapeau Français, sur...