Armes de guerre, munitions et cocaïne : une opération de la douane met au jour un arsenal à Koné

Les douaniers ont découvert au début du mois un important stock d’armes chez un particulier au terme d’une enquête fouillée. La perquisition a permis de retrouver de la drogue et un oiseau menacé d’extinction.

Les armes retrouvées par les services de la direction régionale des douanes de Nouvelle-Calédonie traduisaient-elle seulement la passion dévorante d’un collectionneur ou était-elle destinée à alimenter un trafic au profil de personnes qui pourraient être mal intentionnées ? D’après nos informations, les douaniers ont réalisé une saisie exceptionnelle – et rare sur le territoire – d’armes de poing, de plusieurs dizaines de munitions et de dispositifs d’armement individuel qui ne sont traditionnellement pas en vente dans les armureries à Nouméa et en Brousse au cours d’une perquisition chez un particulier qui résidait à Koné.

Des armes utilisées par les militaires et les forces de l’ordre

Si les services spécialisés en charge de la lutte contre les trafics illicites de marchandises n’ont pas dévoilé l’origine de cette vaste opération, il apparaît que les douaniers ont parfaitement exploité un renseignement qui les a mis sur la piste de cet habitant de Koné il y a quelques semaines. Après un travail d’enquête approfondi sur la personnalité du suspect, de sorte à déterminer sa dangerosité, et sur ses éventuelles activités en lien avec les armes, les autorités ont donné leur feu vert à l’opération d’interpellation. Sous l’autorité du procureur de la République de Nouméa Yves Dupas, les douaniers, assistés des gendarmes de l’unité d’élite du GIGN, ont appréhendé leur cible numéro un dans le calme.

Dans son véhicule, les enquêteurs y ont découvert un Glock 26 et trois chargeurs (de 37 cartouches) de calibre 09 millimètres. Pistolet semi-automatique, le Glock 26 est l’équivalent de son cousin, le Glock 17, qui arment les forces militaires et les services de police d’une soixantaine de pays dans le monde dont la police et la gendarmerie en France. Caché dans le véhicule, un second pistolet semi-automatique de type Colt et de calibre 22 Long Rifle (LR) est retrouvé. « Ces deux armes étaient dissimulées sous les sièges avant du véhicule et chargées », raconte une source proche du dossier. De rapides vérifications démontrent alors que ces pistolets sont détenus de manière parfaitement illégale, ce qui pousse d’autant plus les services d’enquête à poursuivre leurs investigations et à se rendre au domicile de l’intéressé.

Les démineurs en perquisition

Cette fois encore, les douaniers n’ont voulu prendre aucun risque et ont demandé aux militaires du groupe Nedex – c’est la seule unité de déminage au pays en alerte 24 heures sur 24 qui relève des Forces armées de Nouvelle-Calédonie (Fanc) – de venir les appuyer au moment de la perquisition du domicile de l’individu. Sur place, ils mettent au jour un véritable arsenal. D’après les premiers éléments de l’enquête, l’habitation abrite un chargeur de 31 cartouches pour pistolet automatique de type Glock 26, une baïonnette pour fusil d’assaut russe, un chargeur tambour pour un fusil d’assaut russe, une lunette thermique ou encore un silencieux.

« Il s’agit d’armes et parties d’armes de classe B (armes de poing) et de classe A (parties d’armes de guerre). Leur détention et leur importation sont soumises à autorisation », souligne un enquêteur. La perquisition a également permis de constater que le suspect avait en sa possession une perruche originaire de Papouasie Nouvelle-Guinée, une espèce protégée et menacée d’extinction.

De l’importation de poudre blanche

D’abord placé en retenue douanière par les fonctionnaires de la douane, ce Calédonien a ensuite été remis aux gendarmes de la brigade de recherche de Koné pour être entendu dans le cadre d’une procédure de garde à vue. Les enquêteurs voulaient en particulier l’interroger sur l’origine de cet arsenal et son utilisation. De sorte à totalement exclure l’hypothèse d’un trafic d’armes et à mieux identifier ses sources d’approvisionnement qui se limiteraient à internet. Les auditions ont, en revanche, permis de dévoiler une importation de cocaïne ces derniers mois. L’individu a reconnu une livraison d’environ 10 grammes de poudre blanche. Remis en liberté à l’issue de sa garde à vue, ce passionné d’armes devra répondre de ses actes devant le tribunal de Koné en mars prochain.

Dans un pays qui compte environ 70 000 armes déclarées (environ un habitant sur quatre est propriétaire d’une arme à feu) et jusqu’à 128 000 armes recensées et illégales (selon les chiffres du haut-commissariat), cette affaire judiciaire constitue « une grande satisfaction » pour Benoît Godart car elle démontre « l’engagement sans faille des douaniers sur le terrain dans des domaines qui ne sont pas limités uniquement à la lutte contre les stupéfiants mais à l’ensemble de nos missions de lutte contre les trafics illicites de marchandises, de lutte contre le blanchiment d’argent ou encore la protection de l’environnement ». Le directeur régional des douanes de Nouvelle-Calédonie se félicite en outre « de la présence renforcée dans le Nord » des douaniers et du « très bon niveau de coopération avec la gendarmerie nationale » au cours de l’opération d’interpellation.

Jean-Alexis Gallien-Lamarche

Fil d'actualité

EN IMAGES – Ce lundi à Nouméa, Dumbéa et au Mont-Dore

Une semaine après le début de la flambée de...

A Ducos , il faut “sauver les entreprises encore debout”

La Chambre de commerce et d'industrie a lancé un...

L’Australie “vraiment préoccupée” par les émeutes en Calédonie

Le chef du gouvernement australien a annoncé qu'environ 300...

Emeutes en Calédonie : comment gérer ses déchets pendant la crise ?

Depuis le début des troubles urbains le 13 mai...

Nos réseaux

7,101FansJ'aime
178SuiveursSuivre
214SuiveursSuivre

Newsletter

Inscrivez vous pour recevoir chaque semaine notre newsletter dans votre boîte de réception.

Comment l’Azerbaïdjan profite des émeutes calédoniennes pour déstabiliser la France

Faux comptes, médias et profils liés à cet État du Caucase… Depuis que le territoire calédonien est secoué par une flambée de violences, le...

EN IMAGES – Ce lundi à Nouméa, Dumbéa et au Mont-Dore

Une semaine après le début de la flambée de violences qui a embrasé le Grand Nouméa, voici un aperçu du paysage, ce lundi matin,...

A Ducos , il faut “sauver les entreprises encore debout”

La Chambre de commerce et d'industrie a lancé un "nouveau cri d'alerte" dans un communiqué afin de protéger les entreprises "encore indemnes". La zone industrielle...