Le Jamel Comedy Club, le laboratoire de l’humour

La troupe du Jamel Comedy Club, véritable écloserie de talents comiques, se produit vendredi soir à l’Arène du Sud, à Païta.

Club est une écloserie de talents, le mot est presque faible. Certains se sont tellement fait une place dans le monde de l’humour, qu’on en oublierait presque qu’ils ont fait leurs premiers pas sur la scène de Jamel Debbouze. Thomas N’Gijol, Redouane Bougheraba, Fabrice Eboué, Amelle Chabi, Blanche Gardin, Claudia Tagbo ont grandi dans le sillage de la star du stand up, suivis dans les années suivantes par Malik Bentalha, Tony Saint-Laurent, Alban Ivanov, Kheiron ou encore Kévin Razy. « Maintenant, tout le monde y passe », avoue PV, l’un des humouristes présents pour cette tournée. Il est accompagné de Farid Chamekh, d’Ayoub Marceau, de Kino et de Sofia Belabbes, l’unique femme présente sur scène.

« On peut parler de tout »

Ils viennent du monde du théâtre, de la danse et même du sport, mais, ils ont tous un point commun : l’envie de faire rire. « J’ai choisi ce métier j’avais 8 ans, je voulais faire ça », lance ainsi Sofia Belabbes. Le Jamel Comedy Club les a alors rassemblés. Les liens se sont tissés, les affinités aussi. « On est tous amis, on se voit en dehors, on rigole », poursuit la jeune femme. L’inverse aurait été étonnant. L’humour, ils l’ont dans le sang. Un mot, une phrase. Ils ne s’arrêtent jamais. Mais avec bienveillance, tout le temps. « En France, on a de la chance, il y a une vraie culture de la comédie », savoure Ayoub Marceau. « Si la blague est bonne, on peut parler de tout », abonde PV.

Que ce soit à Paris, en Belgique, au Canada, à Tahiti ou en Calédonie, et même, prochainement, à New-York. « On a conscience de la chance que l’on a. Comme on est porté par Jamel Debbouze, c’est toujours complet, les salles sont pleines », poursuit Ayoub. Avec une mécanique dorénavant « bien huilée ». Farid Chamekh ouvrant le bal. « L’idée est de s’adresser directement aux Calédoniens dès le départ, de tester un peu l’ambiance pour servir la soupe aux copains. Après, ça s’enchaîne avec environ une dizaine de minutes par passage », explique l’humoriste, qui sera donc le premier à monter sur scène. Des sketchs courts, mais intenses. Avec, à chaque fois, leur particularité, leur humour, leur vécu. « On veut que les gens se disent qu’ils auraient aimé que le spectacle dure plus longtemps. C’est souvent bon signe », conclut Ayoub Marceau.

Claire Gaveau

Fil d'actualité

Un nouveau commandant pour la BA 186

Cérémonie hier matin sur la base aérienne de la...

Bakou, capitale de l’outrance et de la polémique

Le énième voyage à Bakou d’élus indépendantistes ne sera...

Le drapeau du FLNKS ne peut être regardé comme un signe identitaire

Le Tribunal administratif a donné raison au parti politique...

Stupeur, colère et indignation

Après Saint-Louis, c’est l’église de l’île des Pins qui...

Émeutes de la CCAT : une demande de dépaysement total

Une assemblée générale des magistrats du siège du tribunal...

Nos réseaux

13,473FansJ'aime
391SuiveursSuivre
648SuiveursSuivre

Newsletter

Inscrivez vous pour recevoir chaque semaine notre newsletter dans votre boîte de réception.

Un nouveau commandant pour la BA 186

Cérémonie hier matin sur la base aérienne de la Tontouta. En présence du Haut-commissaire Louis Le Franc et du général Yann Latil, commandant supérieur...

Bakou, capitale de l’outrance et de la polémique

Le énième voyage à Bakou d’élus indépendantistes ne sera pas passé inaperçu. Non pas pour leur présence, mais pour les propos qu’ils ont tenus,...

Le drapeau du FLNKS ne peut être regardé comme un signe identitaire

Le Tribunal administratif a donné raison au parti politique Générations, qui contestait la présence du drapeau du FLNKS, aux côtés du drapeau Français, sur...