A Pierre Lenquête : un piéton frappé à coups de batte de baseball par un automobiliste

Un homme a été grièvement blessé au cours d’une agression en pleine rue dans le secteur
de Pierre Lenquette, à Nouméa. Un suspect a été arrêté.

Il aurait pu perdre la vie, le crâne brisé au beau milieu de la route. Une enquête a été ouverte pour établir les circonstances d’une agression d’une particulière violence qui s’est déroulée dans la soirée de mercredi sur la route du Mont Té (Nouméa), qui rejoint la cité Pierre Lenquette à Portes de Fer. D’après nos informations, la nuit est déjà tombée ce jour-là lorsqu’un automobiliste est contraint de ralentir pour éviter de percuter un piéton qui déambule, visiblement ivre, au beau milieu de la route.

Pour des raisons qui demeurent imprécises, le piéton, ne voulant pas s’écarter, s’en serait pris au véhicule, ce qui a provoqué une colère noire du conducteur. Celui-ci aurait alors continué sa route quelques minutes avant de prévenir des membres de sa famille qui habitent dans le quartier pour donner une correction au piéton. L’automobiliste retourne donc sur les lieux de l’altercation et sort de sa voiture avec une arme à la main : une batte de baseball.

Un de ses proches l’accompagne et, sans attendre, déséquilibre le piéton qui se retrouve à terre. Là, dans un geste d’une particulière gravité, l’automobiliste lui porte un coup de batte à la tête. Les deux agresseurs quittent la scène sans un regard pour la victime, gisante inerte au sol.

Dans un état grave

Âgée d’une vingtaine d’années, la victime a été prise en charge quelques minutes plus tard par les services de secours dans un état sérieux. Les pompiers ont prodigué les premiers soins sur place avant de le transférer en urgence en service réanimation du Médipôle. Un traumatisme crânien avec hémorragie cérébrale et diverses fractures sont recensés par les médecins de l’hôpital qui ont suivi de près son état pour éviter qu’il ne se dégrade.

Dans le même temps, les policiers nationaux ont été saisis de l’affaire. Une patrouille de l’unité Police-Secours a été la première à gérer l’affaire et grâce à une enquête de voisinage pointue, a réussi à obtenir l’identité de l’agresseur. L’homme est interpellé et placé en garde à vue pour 48 heures. Devant les policiers, l’individu a reconnu les faits sans difficulté.

Contacté, le procureur de la République de Nouméa Yves Dupas a confirmé l’information.

Deux jours plus tard, les enquêteurs de la police judiciaire se déplacent au Médipôle avec l’intention d’entendre la version du piéton blessé pour accélérer l’enquête. Sauf qu’ils apprennent que la victime s’est enfuie le matin même de l’hôpital contre l’avis médical. Disparu dans la nature, le jeune homme n’a pas encore été auditionné. L’enquête préliminaire se poursuit donc. Dans l’attente, l’auteur des violences a été relâché, le parquet de Nouméa devra ensuite se prononcer sur l’orientation pénale de ce dossier.

Jean-Alexis Gallien-Lamarche 

Fil d'actualité

Emeutes en Calédonie : une cyberattaque “d’une force inédite”

Des millions de mails, en provenance de "différents pays",...

Je vous ai compris ?

L’annonce de la visite éclair d’Emmanuel Macron en Nouvelle-Calédonie...

Au Camp-Est, « c’est trop serré, on ne mange pas à notre faim »

Deux émeutiers qui devaient être jugés pour de graves...

Emmanuel Macron : une journée en Calédonie

Le président de la République arrivera dans la nuit...

Mais c’est qui maintenant la CCAT ?

Il y a quelques semaines encore, on savait qui...

Nos réseaux

7,101FansJ'aime
178SuiveursSuivre
214SuiveursSuivre

Newsletter

Inscrivez vous pour recevoir chaque semaine notre newsletter dans votre boîte de réception.

Emeutes en Calédonie : une cyberattaque “d’une force inédite”

Des millions de mails, en provenance de "différents pays", ont été envoyés en Calédonie, mardi 21 mai, après l'annonce de la venue d'Emmanuel Macron....

Je vous ai compris ?

L’annonce de la visite éclair d’Emmanuel Macron en Nouvelle-Calédonie a constitué une surprise. Mais que peut-il en sortir ? Personne n’en a la moindre idée. 13...

Au Camp-Est, « c’est trop serré, on ne mange pas à notre faim »

Deux émeutiers qui devaient être jugés pour de graves violences sur des policiers municipaux à Nouméa se sont plaints des conditions de détention d’un...