Mon jardin écolo

L’art du jardinage a beaucoup évolué ces dernières années. Il est révolu le temps des jardins à la française ou à l’anglaise, voire même des jardins purement d’ornementation. On souhaite désormais lier le beau, l’utile et l’agréable. Mon jardin s’inscrit dans une démarche écologique globale…

Avoir un jardin qui ne soit qu’une belle pelouse, des arbres et quelques parterres ornementaux ne comble plus ceux qui, de plus en plus nombreux, souhaitent posséder un endroit qui les relie davantage à la nature et à la terre. La meilleure méthode dans ce cas est la permaculture.

La permaculture

On en parle beaucoup sans savoir grand-chose de cette méthode créée par deux Australiens Bill Mollison et David Holmgren dans les années 70. Elle consiste de manière ambitieuse à créer de véritables écosystèmes ! La permaculture ne se contente pas de faire pousser des plantes, des légumes ou des fruits, elle recrée dans une surface réduite, un véritable environnement. Et cela va bien au-delà car il s’agit, expliquent ses concepteurs « d’une philosophie de vie où animaux, insectes, êtres humains, plantes et micro-organismes vivent en harmonie dans un environnement sain et auto-suffisant. » Autant dire que se lancer dans cette méthode réclame de suivre une petite formation pour bien comprendre comment s’articulent les relations entre plantes et animaux, les poules par exemple, comment l’eau doit être utilisée ainsi en recyclage ou comment pratiquer l’association positive de plantes. La réussite tiendra dans le fait qu’une fois réalisé, le jardin en permaculture fonctionnera de lui-même en totale autonomie, ne réclamant qu’à être arrosé de temps en temps.

La polyculture

Ce système ne s’applique pas que pour l’agriculture, on peut également en user en jardinage. Le principe de la polyculture est de cultiver plusieurs espèces en même temps en valorisant la diversité et dans un jardin potager cela ne compte que des avantages. Le premier est sans doute qu’en cultivant une grande biodiversité, cela diminue aussi énormément les risques de présence d’insectes ravageurs ou de maladies. Le principe de base de la polyculture en jardinage est « le compagnonnage » ou comment faire pousser plusieurs spécimens d’espèces différentes, et les associer afin de créer une synergie entre eux et de rendre ainsi le jardin plus productif encore. Il faut bien sûr trouver les bonnes associations, par exemple celle qui allie un légume racine, un légume feuille et un légume grimpant.


Faire son compost

Une fois choisi le bac à compost en veillant qu’il soit bien ventilé, on le remplit avec des couches successives épaisses d’environ 20 cm, de végétaux secs comme des feuille ou des brindilles et de déchets humides comme des épluchures de légumes ou des résidus de tonte de pelouse. Le secret réside dans l’équilibre le meilleur entre les éléments secs qui apportent du carbone et les humides qui produisent de l’azote. Pour accélérer le processus de décomposition des déchets secs, il est recommandé de les broyer. On peut y ajouter des éléments comme des fanes de légumes des épluchures de fruits, du marc de café, mais en aucun cas des restes de viande ou de poisson. Si le compost est sec, on peut l’arroser et il faut veiller à remuer le tas de temps en temps pour l’oxygéner. Enfin, la récolte intervient lorsque la matière est transformée en humus brun ressemblant à du terreau.


Engrais et pesticides naturels

Un jardin écolo n’est envisageable que si l’on s’interdit totalement le recours à des produits chimiques soit pour aider les plantes à pousser soit à repousser les insectes ravageurs. Il s’avère qu’en la matière les professionnels du jardinage sauront donner les bons conseils, mais il faut savoir que les recettes ne manquent pas. Ainsi, l’usage d’un terreau de bonne qualité est indispensable en ce qu’il contient de manière naturelle un fertilisant organique et un stimulant racinaire pour assurer la nutrition des légumes. Engrais et pesticides bio, naturels ou organiques peuvent s’acheter dans le commerce, il faut cependant veiller aux conditions d’emploi, tenir compte de la saison et respecter les doses recommandées.

Fil d'actualité

Emeutes en Calédonie : une cyberattaque “d’une force inédite”

Des millions de mails, en provenance de "différents pays",...

Je vous ai compris ?

L’annonce de la visite éclair d’Emmanuel Macron en Nouvelle-Calédonie...

Au Camp-Est, « c’est trop serré, on ne mange pas à notre faim »

Deux émeutiers qui devaient être jugés pour de graves...

Emmanuel Macron : une journée en Calédonie

Le président de la République arrivera dans la nuit...

Nos réseaux

7,101FansJ'aime
178SuiveursSuivre
214SuiveursSuivre

Newsletter

Inscrivez vous pour recevoir chaque semaine notre newsletter dans votre boîte de réception.

Émeutes : au tribunal de Nouméa, les pilleurs se défendent, « on n’a rien cassé, on s’est juste servi »

Tandis que les violences urbaines se poursuivent dans Nouméa et ses alentours, défilent devant le tribunal correctionnel de Nouméa les premiers émeutiers et pillards...

Emeutes en Calédonie : une cyberattaque “d’une force inédite”

Des millions de mails, en provenance de "différents pays", ont été envoyés en Calédonie, mardi 21 mai, après l'annonce de la venue sur le...

Je vous ai compris ?

L’annonce de la visite éclair d’Emmanuel Macron en Nouvelle-Calédonie a constitué une surprise. Mais que peut-il en sortir ? Personne n’en a la moindre idée. 13...

1 COMMENTAIRE

  1. Bonjour, l’écologie, la résilience et les économie sont dans l’air du temps! Il y a d’autres moyens mins contraignats de recyclage très éfficaces de la matière organique que le compost pour le jardin comme les poules, le lombricomposteur ou les biodigesteur ( qui font en plus du biogaz de cuisine gratuit!). Vous pouovez vous rapprocher du cluster Valorga si ça vous intéresse.