Une proposition pour refondre le système de santé

Alors que la réforme du régime unifié d’assurance-maladie (RUAMM) se profile dans une large concertation – via la commission spéciale créée à cet effet – quelques propositions commencent à émerger. Kader Saïdi, chirurgien urologue à Nouméa et diplômé de l’ENA, propose notamment de réformer la gouvernance. Éclairages.

Le système de santé calédonien est au bord de la faillite. La dette cumulée du régime de l’assurance maladie-maternité – le RUAMM – atteint 30 milliards de francs. « Aujourd’hui il est impératif de trouver 13 milliards par an pour sauver le RUAMM, mais il en faudra beaucoup plus dans les années à venir, vu l’explosion des maladies chroniques et le vieillissement de la population : tel est le casse-tête auquel sont confrontés des élus de la Nouvelle-Calédonie », explique Kader Saïdi. Selon le chirurgien, le projet de réforme porté par l’Éveil Océanien, a eu le mérite de mettre le sujet sur la table et d’exiger des solutions, malgré la levée de boucliers engendrée. « La création d’une commission spéciale à ce sujet est une excellente nouvelle, soutient-il. La deadline au 31 décembre ne doit pas empêcher, pour des raisons de calendrier, de porter de front les 3 réformes indispensables et indissociables pour équilibrer les comptes sociaux de façon durable : la réforme des recettes, celle des dépenses et celle de la transformation du système de santé ». Cette réforme globale existe, c’est le plan « Do Kamo, Être épanoui ! », adopté par le Congrès le 24 mars 2016 et resté dans les tiroirs depuis. « Mais pourquoi donc ce plan de 86 actions, adulé par toute la classe politique est-il toujours au quasi-point mort en 2023 ? », s’interroge Kader Saïdi. Pour le chirurgien, c’est la gouvernance du système de santé proposée par Do Kamo qui s’avère être le point bloquant. « Si la vision et les objectifs principaux de ce plan sont incontestables, force est de constater que l’architecture prévue autour d’une agence indépendante de régulation pose question. En effet, si le chef d’orchestre ne fait pas consensus, la mélodie risque au mieux de nous casser les oreilles, au pire de faire fuir les musiciens ».

Ce contenu est réservé aux abonnés.

Connectez vous pour y accéder !

Fil d'actualité

Un nouveau commandant pour la BA 186

Cérémonie hier matin sur la base aérienne de la...

Bakou, capitale de l’outrance et de la polémique

Le énième voyage à Bakou d’élus indépendantistes ne sera...

Le drapeau du FLNKS ne peut être regardé comme un signe identitaire

Le Tribunal administratif a donné raison au parti politique...

Stupeur, colère et indignation

Après Saint-Louis, c’est l’église de l’île des Pins qui...

Émeutes de la CCAT : une demande de dépaysement total

Une assemblée générale des magistrats du siège du tribunal...

Nos réseaux

13,473FansJ'aime
391SuiveursSuivre
648SuiveursSuivre

Newsletter

Inscrivez vous pour recevoir chaque semaine notre newsletter dans votre boîte de réception.

Un nouveau commandant pour la BA 186

Cérémonie hier matin sur la base aérienne de la Tontouta. En présence du Haut-commissaire Louis Le Franc et du général Yann Latil, commandant supérieur...

Bakou, capitale de l’outrance et de la polémique

Le énième voyage à Bakou d’élus indépendantistes ne sera pas passé inaperçu. Non pas pour leur présence, mais pour les propos qu’ils ont tenus,...

Le drapeau du FLNKS ne peut être regardé comme un signe identitaire

Le Tribunal administratif a donné raison au parti politique Générations, qui contestait la présence du drapeau du FLNKS, aux côtés du drapeau Français, sur...