Ah bon, déjà ?

Le fracas des détonations, le hurlement des insultes, la violence des agressions ont fait taire hier le 36e anniversaire de la poignée de main entre Jacques Lafleur et Jean-Marie Tjibaou. On se dit qu’elle est bien loin l’époque où des hommes qui s’étaient combattus sans relâche avaient encore le courage de faire la paix. Mais cette paix qu’ils ont scellée, et qui vient d’exploser sous les coups de boutoir de la CCAT, n’avait été possible que parce que ces deux hommes, et pendant des années, avaient su mener un rude combat pour des convictions qu’ils n’ont jamais lâchées. La paix de Matignon n’a pas été imposée ni négociée aux termes de renoncements ou de reculades de l’un ou de l’autre. On a glorifié cette poignée de main, avec raison, on en a même érigé une statue. Hélas, ce 36e anniversaire, presque passé sous silence et pour cause, est célébré dans d’étranges conditions, puisque l’on croyait la paix définitive, et que la « lutte » avait désormais les urnes comme arme. Ça n’est pas que l’économie ni l’école ni la confiance que la CCAT a brisé plus nettement qu’un coup de hache dans une urne, c’est la paix. Faudrait-il encore que tout le monde l’entende et le comprenne.

Nicolas Vignoles

Fil d'actualité

Un nouveau commandant pour la BA 186

Cérémonie hier matin sur la base aérienne de la...

Bakou, capitale de l’outrance et de la polémique

Le énième voyage à Bakou d’élus indépendantistes ne sera...

Le drapeau du FLNKS ne peut être regardé comme un signe identitaire

Le Tribunal administratif a donné raison au parti politique...

Stupeur, colère et indignation

Après Saint-Louis, c’est l’église de l’île des Pins qui...

Émeutes de la CCAT : une demande de dépaysement total

Une assemblée générale des magistrats du siège du tribunal...

Nos réseaux

13,462FansJ'aime
392SuiveursSuivre
647SuiveursSuivre

Newsletter

Inscrivez vous pour recevoir chaque semaine notre newsletter dans votre boîte de réception.

Un nouveau commandant pour la BA 186

Cérémonie hier matin sur la base aérienne de la Tontouta. En présence du Haut-commissaire Louis Le Franc et du général Yann Latil, commandant supérieur...

Bakou, capitale de l’outrance et de la polémique

Le énième voyage à Bakou d’élus indépendantistes ne sera pas passé inaperçu. Non pas pour leur présence, mais pour les propos qu’ils ont tenus,...

Le drapeau du FLNKS ne peut être regardé comme un signe identitaire

Le Tribunal administratif a donné raison au parti politique Générations, qui contestait la présence du drapeau du FLNKS, aux côtés du drapeau Français, sur...