La tension redescend dans les quartiers sud

A Motor Pool et à Val-Plasaince, non loin du quartier de Tuband, des messages de paix sont même apparus sur plusieurs barrages ces derniers jours. Si la fatigue est présente, les habitants mobilisés veulent continuer à maintenir un climat apaisé dans cette zone et dans les quartiers sud.

Si la Baie des Citrons et l’Anse-Vata sont restés épargnées par les émeutes actuelles, dans d’autres zones des quartiers sud, les tensions étaient palpables. Et, certains jours, la situation était même explosives avec de nombreux affrontements, à Tuband par exemple, entre émeutiers et forces de l’ordre.

Deux semaines après le début des émeutes, la tension redescend dans l’ensemble des quartiers sud. Si une partie des “voisins vigilants” continue de se rassembler, la vie reprend doucement son cours, et certains barrages se retrouvent même sans gardien en journée. “De plus en plus de personnes recommencent à avoir des obligations professionnelles, explique André, un voisin mobilisé sur un barrage dans les quartiers sud, mais qui a tenu à rester anonyme. Ça fait qu’on est de moins en moins à faire des rondes.” De nuit, il reste en revanche toujours des résidents pour se rassembler. “C’est compliqué de trouver des gens qui acceptent de se lever vers 2 heures, 3 heures. Mais la nuit, ça reste différent, c’est plus impressionnant, donc les gens se serrent les coudes et restent”, avance-t-il.

“Ne pas se monter la tête et garder la situation apaisée”

Malgré tout, après deux semaines de nuits à veiller pour André, la fatigue se fait ressentir : “On aimerait bien que plus de monde se sente concerné. Que les gens viennent une heure ou deux pour faire des relèves, juste pour voir, parce que c’est super important de continuer à montrer qu’il y a du monde”. Ceci dit le “voisin vigilant” le confirme, la tension est vraiment descendue par rapport aux premières nuits “où on avait peur, et où on ne savait pas à quoi s’attendre”. Il appelle notamment à “ne pas se monter la tête et à garder la situation apaisée.”

D’ailleurs, sur les barrages tenus par ces “voisins vigilants” des messages de paix apparaissent un peu partout et les drapeaux blancs sont levés. Sur un des ronds-points, les habitants se sont même amusés à dessiner sur le sol des fleurs et à écrire “paix” et “amour” de toutes les couleurs. “Nous on est là que pour faire de la surveillance, savoir qui rentre dans le quartier, et continuer à assurer la circulation, affirme Sandrine, une dame d’une cinquantaine d’années qui s’organise pour continuer à venir effectuer quelques rondes sur son barrage. Là, le but c’est vraiment de faire passer un message positif, de dire que ce qu’on veut, c’est la paix.”

Hors de question de lever les barrages

Pour autant, pas question de lever les barrages pour le moment. “Ah non mais surtout pas ! Il faut qu’on montre qu’on est toujours présents, défend André. Ça a un effet psychologique dans les deux camps, nous on se sent quand même plus en sécurité, et eux ils ne viennent pas.” D’autant que certaines zones continuent à être tendues, comme au niveau du barrage de Tuband. “On sait très bien que s’ils n’étaient pas là, ils seraient venus ici”, affirme Sandrine. A Tuband, justement, un des barrages est effectivement plus compliqué d’accès et la situation n’y est pas encore calme. De l’autre côté en revanche, les voisins ont continuellement privilégié le dialogue avec les populations locales, et s’efforcent de ne pas brusquer le “camp adverse”.

Loris Castaing

Fil d'actualité

Pour le Palika, il est temps d’entamer le dialogue

Le Bureau politique du Palika a publié un communiqué...

Après plus de quinze heures à la dérive, un naufragé secouru au large de Touho

Une histoire qui finit heureusement bien. Et qui souligne...

200 maisons !

Le premier bilan des violences tiré par les assurances...

Le dessin du jour #276

Consultez en ligne le dessin de l'édition du 13...

La voix du Caillou #276

Consultez en ligne l'édition du 13 juin 2024 de...

Nos réseaux

7,101FansJ'aime
178SuiveursSuivre
214SuiveursSuivre

Newsletter

Inscrivez vous pour recevoir chaque semaine notre newsletter dans votre boîte de réception.

Pour le Palika, il est temps d’entamer le dialogue

Le Bureau politique du Palika a publié un communiqué pour réclamer la levée des barrages et juger qu’il est plus que temps d’entamer le...

Après plus de quinze heures à la dérive, un naufragé secouru au large de Touho

Une histoire qui finit heureusement bien. Et qui souligne une fois de plus qu’il ne faut pas prendre la mer sans un minimum de...

200 maisons !

Le premier bilan des violences tiré par les assurances fait état de 200 maisons brûlées, pillées ou vandalisées. C’est tragique et confondant ! C’est...