Cocaïne, MDMA et LSD : un trafiquant arrêté par la police à Nouméa

Les policiers chargés de la lutte contre les stupéfiants viennent de boucler une nouvelle affaire de trafic de drogue de synthèse avec la saisie de cocaïne, de MDMA et de LSD à Nouméa. Le principal suspect devra en répondre devant la justice.

Il y en avait pour tous les goûts : cannabis, LSD, MDMA, ecstasy, kétamine et cocaïne… C’est sur un supermarché de la drogue que viennent de mettre la main les enquêteurs de la police nationale à Nouméa. D’après nos informations, les policiers en charge de la lutte contre les stupéfiants viennent de démanteler un trafic de drogue de synthèse qui prospérait dans la capitale depuis plusieurs mois.

Seulement trois mois après avoir mené une opération qui avait permis de mettre la main sur plusieurs personnes considérées comme des têtes d’un réseau de vente de cocaïne, LSD et MDMA, une affaire pour laquelle le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin s’était félicité sur X (ex-Twitter), promettant de « renforcer les moyens alloués à la sécurité de nos compatriotes calédoniens », la police judiciaire vient de réussir un « coup » en parvenant à identifier un trafiquant présumé qui écoulait sa marchandise principalement dans les milieux de la nuit.

Une attitude qui intrigue

Cette enquête, dirigée par le parquet de Nouméa, n’est pas le fruit d’un renseignement anonyme, d’écoutes téléphoniques ou de filatures. Elle débute une nuit de novembre lorsque, presque par hasard, une patrouille de la brigade anti-criminalité (Bac) contrôle une jeune femme dans la rue. Elle n’a rien de suspect au premier abord mais sa démarche, comme totalement perdue, intrigue les fonctionnaires de police. Un état second qui nécessite même un appel aux pompiers qui, une fois l’avoir prise en charge, l’évacuent au Médipôle pour être placée en observation. L’histoire intrigue les policiers de la Bac qui font remonter l’information à l’Unité de lutte contre les stupéfiants de la direction territoriale de la police nationale (DTPN).

Le flair des enquêteurs expérimentés ne trompe pas : les analyses toxicologiques de la jeune femme se révèlent positives à de nombreuses substances, notamment à de l’amphétamine, de la métamphétamine, du LSD et de l’ecstasy. Dès lors, l’affaire prend une nouvelle tournure. D’autant plus que les consignes du procureur de la République de Nouméa Yves Dupas sont sans ambiguïté: « nous déclinons des investigations qui permettent d’établir tous les niveaux de responsabilité, et de s’intéresser à l’ensemble des maillons dans un réseau et notamment les organisateurs », avait-il déclaré dans nos colonnes au début du mois de novembre.

De la MDMA en « parachute »

Les policiers s’intéressent donc au profil de la jeune femme qui n’avait jamais fait parler d’elle jusqu’à présent. Placée en garde à vue au commissariat central à sa sortie de l’hôpital, elle est interrogée sur les raisons d’une telle concentration de drogues de synthèse dans son corps. Et sur l’origine du contenu de son sac à main : cannabis, 3 grammes de sucre de LSD et des cristaux de MDMA. Après avoir déroulé une fausse piste, affirmant qu’elle avait été droguée à son insu au cours d’une soirée festive, elle se livrait à plusieurs confidences que n’ont pas manqué d’exploiter les enquêteurs.

Au fil des jours et de leurs investigations, un deuxième suspect, proche de la jeune femme, est appréhendé. La perquisition se révélera fructueuse, permettant aux autorités de saisir de la kétamine, de la MDMA, de la cocaïne et de l’huile de cannabis dont elle a seulement reconnu en être la propriétaire. Les méthamphétamines ? On lui en aurait proposé à 5000 francs « le parachute » – la dose – à cette fameuse soirée sur un îlot, ce qu’elle aurait accepté. Le reste ? Ça appartiendrait à des copines, sans en dire plus.

Un trafic sur plusieurs mois

Toujours selon nos informations, l’enquête progresse et aboutit à l’interpellation du principal protagoniste de ce dossier en milieu de semaine dernière. Sans se cacher, il assume être à la tête d’un trafic de drogues de synthèse depuis l’année dernière, vendant principalement du LSD. Difficile de contester certaines évidences quand les policiers retrouvent à son domicile un supermarché de la drogue : une fiole de LSD, une autre contenant un mélange de MDMA et de cocaïne, des parachutes de MDMA et de la kétamine. Plus de 100 grammes d’herbe de cannabis et 230 000 francs en petites coupures sont aussi saisis.

Une « prise » importante pour la Nouvelle-Calédonie qui prouve bien que le pays n’est plus à l’abri de ces drogues qui peuvent rapporter gros aux trafiquants : la cocaïne se vend entre 25 000 et 30 000 francs le gramme sur le territoire. « L’unité de lutte contre les stupéfiants de la DTPN a gagné en efficacité et nous voyons une hausse importante des affaires à traiter, notamment avec une multiplication de saisies de produits stupéfiants. La Nouvelle-Calédonie peut être une destination pour ces drogues de synthèse et le territoire peut aussi être une zone de transit pour les trafiquants à destination de l’Australie. La création d’une antenne locale de l’Office anti-stupéfiants (Ofast), comme en Polynésie française, serait une excellente chose et permettrait de détecter au plus tôt les trafics et d’y lutter plus efficacement au niveau régional », souligne le commissaire Henri Drowa, chef du service territorial de police judiciaire.

Après 48 heures de garde à vue, le principal suspect de ce dossier comparaitra prochainement devant la justice, le parquet ayant décidé de le traduire en comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité (CRPC).

Jean-Alexis Gallien-Lamarche

Fil d'actualité

Et pourtant, ils se causent !

Gérald Darmanin a quitté la Nouvelle-Calédonie pour un séjour...

Bilan de séjour

Gérald Darmanin aura donc passé deux jours en Nouvelle-Calédonie....

« C’est un fléau national… »

Pour qualifier le phénomène des violences intrafamiliales, le ministre...

Centre de détention de Koné : Éric Dupond-Moretti

C’est en l’absence du président de la province Nord...

C’est parti pour quatre semaines de soldes

Les soldes d’été débutent aujourd’hui en Nouvelle-Calédonie, et vont...

Nos réseaux

6,914FansJ'aime
177SuiveursSuivre
122SuiveursSuivre

Newsletter

Inscrivez vous pour recevoir chaque semaine notre newsletter dans votre boîte de réception.

Et pourtant, ils se causent !

Gérald Darmanin a quitté la Nouvelle-Calédonie pour un séjour de deux jours en Australie. Durant cette 6ème visite en Calédonie du ministre de l’Intérieur...

Bilan de séjour

Gérald Darmanin aura donc passé deux jours en Nouvelle-Calédonie. Pour cette 6e visite, l’économie, la sécurité et l’environnement étaient au centre des préoccupations ministérielles....

« C’est un fléau national… »

Pour qualifier le phénomène des violences intrafamiliales, le ministre de la Justice, Éric Dupond-Moretti, a eu des mots forts, jeudi en fin de journée,...