Une rentrée « partielle » dans le Grand Nouméa

Si la rentrée scolaire est prévue lundi 17 juin pour les élèves de maternelle et de primaire, certains établissements ne pourront malheureusement ouvrir en raison de la crise insurrectionnelle que traverse la Nouvelle-Calédonie. Le point dans les quatre communes du Grand Nouméa.

Si le gouvernement a décidé de maintenir « le cap du 17 juin », tous les élèves ne retrouveront pas le chemin de l’école lundi prochain. La rentrée se fera de manière « très progressive » en fonction des niveaux, alors que seuls les élèves de maternelle et de primaire sont concernés par cette date, mais aussi des établissements. Le retour en classe se fera de manière « partielle » donc, en fonction des communes et des quartiers.

À Nouméa

La capitale est, sans surprise, largement concernée par la problématique alors que plusieurs quartiers, comme Rivière-Salée, la Vallée-du-Tir ou encore Nouville ont été lourdement touchées durant les émeutes. Sur les 46 établissements comptabilisés à la rentrée en février dernier, seulement 22 écoles maternelles, primaires ou groupes scolaires publics, qui « remplissent les conditions de sécurité », vont ouvrir leurs portes lundi matin. Si le service de cantine « sera assuré normalement », en revanche, « la garderie du matin et du soir ne pourra pas être proposée pour le moment ».

Dans le secteur centre, Les Capucines, Charles-Bichon, Les Pétunias, Marguerite-Lefrançois, Paul-Boyer / Marguerite-Carlier, Suzanne-Russier et Frédéric-Surleau seront ouvertes, tout comme Michel-Amiot, Antoinette-Charbonneaux, Christine-Boletti, Les Pensées, Marie-Havet, Michel-Cacot dans le secteur est et SergeLaigle, Les Iris, Marie-Courtot / Henriette-Gervolino dans le secteur nord-est. Enfin, dans le sud de Nouméa, zone relativement épargnée à l’exception de Tuband, Ernest-Risbec, Fernande-Leriche, Jean-Mermoud, Les Frangipaniers, Les Lys et Yvonne-Dupont accueilleront également des élèves.

Ce contenu est réservé aux abonnés.

Connectez vous pour y accéder !

Claire Gaveau

Fil d'actualité

Un nouveau commandant pour la BA 186

Cérémonie hier matin sur la base aérienne de la...

Bakou, capitale de l’outrance et de la polémique

Le énième voyage à Bakou d’élus indépendantistes ne sera...

Le drapeau du FLNKS ne peut être regardé comme un signe identitaire

Le Tribunal administratif a donné raison au parti politique...

Stupeur, colère et indignation

Après Saint-Louis, c’est l’église de l’île des Pins qui...

Émeutes de la CCAT : une demande de dépaysement total

Une assemblée générale des magistrats du siège du tribunal...

Nos réseaux

13,463FansJ'aime
392SuiveursSuivre
646SuiveursSuivre

Newsletter

Inscrivez vous pour recevoir chaque semaine notre newsletter dans votre boîte de réception.

Un nouveau commandant pour la BA 186

Cérémonie hier matin sur la base aérienne de la Tontouta. En présence du Haut-commissaire Louis Le Franc et du général Yann Latil, commandant supérieur...

Bakou, capitale de l’outrance et de la polémique

Le énième voyage à Bakou d’élus indépendantistes ne sera pas passé inaperçu. Non pas pour leur présence, mais pour les propos qu’ils ont tenus,...

Le drapeau du FLNKS ne peut être regardé comme un signe identitaire

Le Tribunal administratif a donné raison au parti politique Générations, qui contestait la présence du drapeau du FLNKS, aux côtés du drapeau Français, sur...