Après plus de quinze heures à la dérive, un naufragé secouru au large de Touho

Une histoire qui finit heureusement bien. Et qui souligne une fois de plus qu’il ne faut pas prendre la mer sans un minimum de précautions. Un jeune homme de 23 ans, originaire de la tribu de Tyé, à Poindimié, vient de l’apprendre à ses dépens. L’alerte remonte à la tombée de la nuit de mardi. Les gendarmes sont informés qu’une plate sans propulsion, avec une seule personne à bord, était à la dérive en face de la tribu. Le centre opérationnel de surveillance et de sauvetage (Coss NC) est aussitôt mis dans la boucle pour gérer l’opération et coordonner les moyens.

Un appel VHF est lancé à toutes les embarcations dans ce secteur de la Côte Est et permet de requérir un bateau privé. Les recherches commencent alors de nuit. Au sein de la famille du disparu, l’inquiétude grandit.

Sans moyen de communication

Les spécialistes du Coss savent pertinemment que le temps est précieux. D’autant que le jeune homme ne dispose d’aucun moyen de communication. Ils décident en conséquence d’engager un hélicoptère Dauphin du navire Vendémiaire puis l’avion de surveillance Gardian des Forces armées de Nouvelle-Calédonie (Fanc). Mais les recherches restent vaines. Au milieu de la nuit, l’opération est interrompue. Elle reprendra au petit matin.

Sitôt réveillés, les habitants de la tribu prennent la mer pour localiser leur proche. De nouvelles zones de recherche ont été définies par le Coss. Un hélicoptère Puma des Fanc survole la zone également et réussit à retrouver le naufragé vers 8 heures du matin dans le secteur de la grande passe de Touho.

Évidemment épuisé par ces quinze heures en mer, il est aussitôt hélitreuillé par le Puma et ramené sur la terre ferme où sa famille l’attendait avec impatience. Si cette histoire se termine bien, elle aurait aussi pu avoir une issue tragique. Elle permet aussi de rappeler des consignes qui peuvent sauver des vies : quand on prend la mer, il faut toujours disposer d’un moyen de communication fiable comme une VHF ou un portable et de dispositifs lumineux pour être repéré de nuit.

Jean-Alexis Gallien-Lamarche

Fil d'actualité

Un nouveau commandant pour la BA 186

Cérémonie hier matin sur la base aérienne de la...

Bakou, capitale de l’outrance et de la polémique

Le énième voyage à Bakou d’élus indépendantistes ne sera...

Le drapeau du FLNKS ne peut être regardé comme un signe identitaire

Le Tribunal administratif a donné raison au parti politique...

Stupeur, colère et indignation

Après Saint-Louis, c’est l’église de l’île des Pins qui...

Émeutes de la CCAT : une demande de dépaysement total

Une assemblée générale des magistrats du siège du tribunal...

Nos réseaux

13,463FansJ'aime
392SuiveursSuivre
646SuiveursSuivre

Newsletter

Inscrivez vous pour recevoir chaque semaine notre newsletter dans votre boîte de réception.

Un nouveau commandant pour la BA 186

Cérémonie hier matin sur la base aérienne de la Tontouta. En présence du Haut-commissaire Louis Le Franc et du général Yann Latil, commandant supérieur...

Bakou, capitale de l’outrance et de la polémique

Le énième voyage à Bakou d’élus indépendantistes ne sera pas passé inaperçu. Non pas pour leur présence, mais pour les propos qu’ils ont tenus,...

Le drapeau du FLNKS ne peut être regardé comme un signe identitaire

Le Tribunal administratif a donné raison au parti politique Générations, qui contestait la présence du drapeau du FLNKS, aux côtés du drapeau Français, sur...