Le plan de reprise scolaire se précise

Hier après-midi, le gouvernement organisait une conférence de presse spécialement dédiée à l’enseignement. L’occasion de dévoiler, dans les grandes lignes, le « plan de reprise » scolaire effectif, dans la majorité des établissements scolaires, dès le 17 juin prochain.

Une trentaine d’établissements touchés

Si la liste n’est pas encore totalement finalisée, selon le gouvernement, il y aurait eu, pour le moment, une trentaine d’établissements scolaires dégradés – partiellement ou totalement – durant les émeutes. Parmi eux, une vingtaine d’écoles ont été impactées. C’est notamment le cas de l’école Les Pervenches à Portes-de-Fer (dont les élèves maternelles vont être déplacés au sein des écoles Mathilde Broquet ou Christine Boletti)

Dans le secondaire, des dégradations dans trois principaux collèges ont été relevées : le collège de Boulari – malgré tout « en état de fonctionner » – , le collège de Kaméré – « en cours d’expertise » – , et le collège de Rivière-Salée, « fortement endommagé ». En outre, si certains collèges se trouvent « dans un périmètre sécurisé », leurs abords sont parfois difficilement accessibles. C’est le cas du collège de Tuband, où des travaux de sécurisation sont mis en place, et ceux de Dumbéa-sur-Mer et d’Apogoti.

Au niveau des lycées, le principal établissement impacté a été le lycée Petro Attiti, avec de « très gros dégâts » matériels empêchant, pour sûr, une réouverture courant 2024.

Quelle rentrée dans le primaire ?

Pour le moment, « le cap du 17 juin est maintenu », dans le primaire comme dans le secondaire. En revanche, la rentrée se fera de façon « très progressive » en fonction des niveaux et des établissements. Dans les établissements primaires, de la maternelle à l’élémentaire, elle se fera le 17 juin « à la condition que les conditions de sécurité, à la fois dans l’école et aux abords de l’école, soient garanties », précisait Florence Seytres, directrice à la Direction de l’éducation et de la réussite (DERES) de la province Sud.

Par conséquent, la situation sera à adapter en fonction de chaque école. Potentiellement, « certaines écoles reprendront en temps et en heure, et d’autres, qui ont été totalement saccagées, devront reprendre un peu plus tard. Certaines ne reprendront que le matin, d’autres feront des groupes d’élèves… Chacune s’adaptera sa situation », décrit-t-elle. Ceci étant, chaque école communiquera aux familles le fonctionnement mis en place.

Et dans le secondaire ?

Concernant le secondaire, une organisation différente sera mise en place pour les collèges et pour les lycées. Dans les collèges, le lundi 17 et le mardi 18 juin seront consacrés à l’accueil des personnels dans les établissements scolaires. A la suite de cela, certains établissements pourront accueillir les élèves dès le mercredi 19 juin, d’autres plus tard. Comme pour le primaire, ce seront les établissements qui se chargeront de communiquer aux familles leur fonctionnement propre (via le Facebook du vice-rectorat, par mail, pronote, ou appels téléphoniques). Quant aux lycées, toute la semaine du 17 juin sera consacrée à la remise en route des établissements. Les lycéens rentreront donc à partir du 24 juin.

Des examens passés en continu

Autre élément important divulgué lors de cette conférence, l’ensemble des examens (brevet national des collèges, baccalauréat ou BTS) seront – tout comme cela a déjà été le cas durant la période Covid – passés en contrôle continu. Une décision qui devrait permettre de « rassurer les élèves et les familles » mais aussi, pour les enseignants, de « s’organiser avec une pression moindre ».

Un « gros travail » sur l’aspect psychologique

Outre les dégâts matériels, Isabelle Champmoreau a tenu à rappeler son attention toute particulière au bien-être psychologique des personnels scolaires. En ce sens, le gouvernement propose aux enseignants de recevoir une formation fin de « se réassurer psychologiquement » et « pouvoir redémarrer avec confiance et stabilité ». En parallèle, des cellules d’écoute en présentiel seront organisées dans les établissements les plus impactés, en compagnie de professionnels. Autrement, le numéro vert à destination des personnels est toujours d’actualité, il s’agit du 05 00 16.


Une rentrée « en proximité »

Sur ce point-ci, Isabelle Champmoreau a longuement insisté : la rescolarisation « se fera au maximum en proximité ». Autrement dit, « il n’y a pas de projet de déplacer entièrement les élèves d’un collège vers un autre collège […] Nous sommes en train de tout mettre en œuvre pour trouver des solutions de proximité », a-t-elle expliqué. Ce, dans l’objectif d’éviter aux parents de se déplacer, et de « faciliter la rescolarisation ».



Nikita Hoffmann

Fil d'actualité

Emmanuel Macron suspend la réforme constitutionnelle sur le dégel

La réforme constitutionnelle en faveur du dégel du corps...

Coupure d’électricité sur la Grande Terre, que s’est-il passé ?

L'ensemble de la Grande Terre a été subitement touché...

Le bilan des émeutes augmente avec un neuvième mort

Blessé par balles le 29 mai dernier lors d'une...

Et le nickel ?

La dissolution de l’Assemblée nationale risque d’entraîner l’arrêt d’un...

Les grandes manœuvres

Aller vite en prenant son temps. C’est ce que...

Nos réseaux

7,101FansJ'aime
178SuiveursSuivre
214SuiveursSuivre

Newsletter

Inscrivez vous pour recevoir chaque semaine notre newsletter dans votre boîte de réception.

Emmanuel Macron suspend la réforme constitutionnelle sur le dégel

La réforme constitutionnelle en faveur du dégel du corps électoral, votée par le Sénat puis par l'Assemblée nationale, a été officiellement suspendue par Emmanuel...

Coupure d’électricité sur la Grande Terre, que s’est-il passé ?

L'ensemble de la Grande Terre a été subitement touché par une importante coupure d'électricité. Cette dernière n'est pas liée à une "cause externe" mais...

Le bilan des émeutes augmente avec un neuvième mort

Blessé par balles le 29 mai dernier lors d'une intervention du GIGN à Dumbéa, un homme de 34 ans est décédé des suites de...