SLN : la situation se débloque

Un accord avec les rouleurs, notamment, a été acté hier. Le travail doit pouvoir reprendre normalement aujourd’hui sur les sites miniers de la Société Le Nickel.

Depuis plusieurs jours, le site minier SLN de Thio est bloqué (lire notre édition de jeudi) par un collectif qui réclame la réfection de deux roues provinciales. Si une première tranche de travaux a déjà été réalisé, la seconde était programmée pour l’an prochain pour des raisons budgétaires. Le collectif réclame que ces travaux aient lieu dès cette année, sans tarder. Les rouleurs, en particulier du Contrakmines, ont apporté leur soutien au collectif en mobilisant des camions toute la journée d’hier à Boulouparis. Une réunion a eu lieu en présence d’autorités et, apparemment, un accord a été trouvé pour que les rouleurs reprennent le travail minier (hormis à Kouaoua, où il existe un problème spécifique).

Baisse de puissance

Il fallait agir vite, a rappelé hier matin, sur RRB, le directeur général (encore pour un mois) de la SLN, Jérôme Fabre. « On commence (…) à manquer de minerai, donc on a un stress et il faut absolument que les mines redémarrent », expliquait-il.

« Nos mines en province Nord ont été arrêtées dix-sept jours », calcule le dirigeant. Concernant la province Sud, « à Thio, la mine est bloquée depuis le 2 avril, donc c’est quand même assez monstrueux ». Résultat : à l’usine de transformation et de production, à Nouméa (Doniambo), « on commence à manquer de minerai, en tout cas on a cette inquiétude », alors « on prend des mesures conservatoires ». Ainsi, « on a décidé de baisser la puissance (…) des fours : on tourne aujourd’hui à 105 mégawatts en moyenne » au lieu de « 140 mégawatts » pour un « fonctionnement normal », donc « on essaie d’économiser le minerai mais ça nous fait perdre encore plus d’argent ».

« Des pertes énormes »

Au bout du compte, ce sont « des pertes énormes, elles sont estimées entre 1 à 2 milliards de francs », cela « plus l’argent qu’on a dû sortir, décaisser, pour les garanties financières, aux alentours de 4,3 milliards ». In fine, « ça fait beaucoup d’argent, qui pèse sur notre trésorerie, ça ne nous arrange pas » et par conséquent « cela, potentiellement, obère notre capacité à investir dans notre outil industriel ». Reprendre le roulage est une obligation, « il en va de l’intégrité des fours de la SLN », insistait Jérome Fabre au micro d’Elizabeth Nouar.

Anthony Fillet et Nicolas Vignoles

Fil d'actualité

À Normandie, une semaine en enfer

Ce lundi matin, dès 6 h 20, un «...

Alimentation, impôts, Médipôle… Ce qu’il faut retenir du point presse du gouvernement

Une conférence de presse était de nouveau organisée au...

Des groupes se revendiquant de la CCAT annoncent la poursuite des émeutes

Une nouvelle organisation serait-elle en train de se mettre...

EN IMAGES – Ce lundi à Nouméa, à Dumbéa et au Mont-Dore

Dans Nouméa et dans les communes alentours, les paysages...

Nos réseaux

7,101FansJ'aime
178SuiveursSuivre
214SuiveursSuivre

Newsletter

Inscrivez vous pour recevoir chaque semaine notre newsletter dans votre boîte de réception.

À Normandie, une semaine en enfer

Ce lundi matin, dès 6 h 20, un « raid » a eu lieu dans une rue étroite du quartier de Normandie, à Nouméa....

Alimentation, impôts, Médipôle… Ce qu’il faut retenir du point presse du gouvernement

Une conférence de presse était de nouveau organisée au gouvernement, ce lundi 20 mai. Isabelle Champmoreau, Yannick Slamet, Christopher Gygès et Jeremie Katidjo-Monnier ont...

Des groupes se revendiquant de la CCAT annoncent la poursuite des émeutes

Une nouvelle organisation serait-elle en train de se mettre en place ? Hier un communiqué a été publié (avant d'être supprimé), signé « des » CCAT...