Une semaine présidentielle

C’est aux environs de 19h00 ce soir que l’avion du Chef de l’État se posera sur le tarmac de l’aéroport de La Tontouta. Une seconde visite en Nouvelle-Calédonie pour Emmanuel Macron dont on attend finalement beaucoup.

Le Président de la République vient clore la séquence de l’accord de Nouméa. Venu en 2018 à quelques encablures du 1er référendum, il revient maintenant que les trois référendums voulus par les indépendantistes, en dépit qu’ils n’aient pas participé au 3ème, sont passés. Le constat qu’il a dressé comme nous de ces trois consultations, est que si une majorité claire s’est exprimée à trois reprises en faveur de la Nouvelle-Calédonie dans la France, les référendums ont creusé des clivages tels qu’ils sont un frein fort aux discussions sur l’avenir. Selon l’Élysée, Emmanuel Macron vient en Nouvelle-Calédonie pour rassembler et renouveler la confiance qu’il porte dans les responsables politiques calédoniens, pour lancer un nouveau « pari sur l’intelligence » et dessiner enfin l’avenir. Cette visite permettra-t-elle de déclencher un mouvement après ces longs mois d’immobilisme politique ? C’est l’espoir porté par cette venue présidentielle.

Nickel et Energie

Emmanuel Macron va rester un peu plus de deux jours en Nouvelle-Calédonie. Un certain nombre de temps forts jalonne son voyage, l’un des plus importants sans doute sera le discours qu’il doit prononcer mercredi à 14h00 place des Cocotiers, sur laquelle on attend beaucoup de monde. Ce discours, c’est la parole du Chef de l’État, c’est la parole de la France à un moment particulier et crucial de la Nouvelle-Calédonie, on en saisit donc toute la portée. Autre temps fort, une réunion de travail mardi soir au Haussariat consacrée au nickel. Le nickel qui, comme le rappelait Gérald Darmanin lors de sa dernière venue, est avec les transferts financiers de l’État, les deux piliers de l’économie calédonienne. Et ce pilier nickel va mal et se trouve extrêmement fragilisé face à une concurrence philippine et indonésienne de grande ampleur. Concernant le nickel et l’énergie, on pense à la situation dans laquelle se trouve Enercal, des annonces pourraient être faites. Invité de transparence sur RRB vendredi, Christopher Gygès a évoqué le fait « que la Nouvelle-Calédonie serve de lieu d’expérimentation des SMR », pour Small Modular Reactor et qui sont des petits réacteurs modulaires.

L’Indo-Pacifique

Et puis il y a en effet le volet consacré à la stratégie Indo-Pacifique, manifesté par les étapes présidentielles au Vanuatu et en Papouasie. Mais ça sera l’occasionp our Emmanuel Macron de définir la place des territoires français du Pacifique, et singulièrement de la Nouvelle-Calédonie, dans cette stratégie. La venue à ce titre de Sébastien Lecornu et du chef d’État-major de l’armée de l’air et de l’Espace est significative. Enfin cette visite abordera aussi les thèmes de la jeunesse et de la formation, des enjeux environnementaux avec une halte à Touho, et de l’agriculture et de l’auto-suffisance alimentaire à Moindou.

Depuis Nouméa

Le déplacement en Nouvelle-Calédonie n’empêchera pas le Président de la République de répondre à ses obligations. C’est ainsi qu’il présidera depuis le Haut-Commissariat, le conseil des ministres, le premier du gouvernement remanié d’Elizabeth Borne. Et ce soir, à 23h00 heure de Nouméa, Emmanuel Macron sera interrogé dans les journaux de 13h00 de TF1 et de France 2 par Nathanaël de Rincquesen et Jacques Legros. Intervention télévisée attendue, en lieu et place de la traditionnelle allocution du 14 juillet que le chef de l’État n’a pas tenu cette année. A noter qu’à l’heure ou l’avion d’Emmanuel Macron atterrira à Tontouta, Elizabeth Borne réunira ses ministres à Matignon.


Pas seul

Cinq membres du gouvernement accompagnent le Président de la République dans son périple calédonien et océanien. Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur et des Outre-Mers, son ministre délégué aux Outre-Mers Philippe Vigier, et Sonia Backès, Secrétaire d’État à la citoyenneté. Sébastien Lecornu, ministre des Armées est également du voyage alors que se poursuit l’exercice international Pégase 23 dans la région. Et enfin Catherine Colonna, ministre des Affaires Étrangères qui ne reste pas en Calédonie, mais poursuit sur Fidji.

Fil d'actualité

Un nouveau commandant pour la BA 186

Cérémonie hier matin sur la base aérienne de la...

Bakou, capitale de l’outrance et de la polémique

Le énième voyage à Bakou d’élus indépendantistes ne sera...

Le drapeau du FLNKS ne peut être regardé comme un signe identitaire

Le Tribunal administratif a donné raison au parti politique...

Stupeur, colère et indignation

Après Saint-Louis, c’est l’église de l’île des Pins qui...

Émeutes de la CCAT : une demande de dépaysement total

Une assemblée générale des magistrats du siège du tribunal...

Nos réseaux

13,473FansJ'aime
391SuiveursSuivre
648SuiveursSuivre

Newsletter

Inscrivez vous pour recevoir chaque semaine notre newsletter dans votre boîte de réception.

Un nouveau commandant pour la BA 186

Cérémonie hier matin sur la base aérienne de la Tontouta. En présence du Haut-commissaire Louis Le Franc et du général Yann Latil, commandant supérieur...

Bakou, capitale de l’outrance et de la polémique

Le énième voyage à Bakou d’élus indépendantistes ne sera pas passé inaperçu. Non pas pour leur présence, mais pour les propos qu’ils ont tenus,...

Le drapeau du FLNKS ne peut être regardé comme un signe identitaire

Le Tribunal administratif a donné raison au parti politique Générations, qui contestait la présence du drapeau du FLNKS, aux côtés du drapeau Français, sur...